L’ABSINTHE (MODERNE)

Absinthe
Du souvenir sublime
D’une fée en pâmoison
Là, tapi dans l’abîme
D’un gosier trublion
J’ignore le Bien
Si parfois, las, pantois j’imagine
Qu’un léger soupçon convaincu il faut
User de l’ondine, soit filtrer l’Eau :
Un doux sucre espérant la câline
Jadis vient ressusciter soudain.
L’on chavire, l’on trépigne,
L’esprit aux contrées des poëtes.
Lorsque le spiritueux devine
Que suit l’Albatros la mouette;
Qu’après eux je ne suis rien.
« Chimère »,
– L’absinthe moderne ne se trace qu’en vert fusain –
M. (2002)

L'Absinthe, Edgar Degas

Dans un café, dit aussi L’Absinthe. Edgar Degas – 1876.
Publicités

Un mot à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s