VEGGIE WORLD PARIS — AVRIL 2017 — SUCCÈS DU VÉGÉTAL ET COUP DE GUEULE CONTRE LA FNAF CGT

 VEGGIE WORLD PARIS — AVRIL 2017 — SUCCÈS DU VÉGÉTAL ET COUP DE GUEULE CONTRE LA FNAF CGT

 

 

— en notre compagnie —
   Le succès du VeggieWorld n’est plus  à démontrer. Désormais c’est deux fois par an à Paris, une à Lyon et fin 2017 à Marseille. Un salon qui confirme la tendance actuelle d’un grand public averti ou curieux qui se tourne de plus en plus vers les alternatives végétales, exemptes de toute souffrance animale, tant dans le domaine de l’alimentation que dans celui de l’habillement ou des loisirs.
   Par rapport au salon du printemps 2016, nous avons apprécié la mise en place de véritables points de restauration afin que les gens n’aient pas à manger en circulant. L’amphithéâtre du Cent-Quatre s’avère vraiment très agréable pour profiter des conférences proposées tout au long de ces journées.
   Pour notre part, nous avons eu le plaisir de recroiser des militants de la cause animale, et fait des rencontres agréables. Pour commencer il y a eu Gurren Vegan qui n’en est pas revenu de nous rencontrer enfin, et de nous trouver si jeunes (rires) ! Comme visible dans le diaporama ci-dessous, nous avons aperçu très affairées, des auteur-e-s des éditions La Plage, n’arrêtant pas de dédicacer leurs ouvrages, comme Rosa B. (Insolente Veggie), Martin Page l’écrivain dont avons commenté le dernier livre, la star de la cuisine végane Marie Laforêt, et Elise Desaulniers venue de loin, entre autres.
   En ce qui concerne le sujet obsessionnel de tous les véganes — la bouffe, la graille, le bon miam, la rata, la bectance ! — le nombre de stands était assez impressionnant et il y a en avait pour toutes les envies. Nous, on se l’est faite à l’envers : on a commencé vers 11h par un délicieux et roboratif donut sans gluten parfum chocolat granola de chez L’Atelier des Lilas. Et un peu plus tard, on a déjeuné d’ un excellent Dutch Weedburger qu’on ne trouve, pour l’instant, qu’aux Pays-Bas, et on est bien contents de l’avoir goûté, parce c’est peut-être le meilleur— et original — burger qu’on ait jamais mangé, avec un steak de soja enrichi aux algues, comme le pain et la sauce. Un régal !   Nous sommes allés écouter la conférence La figure du végétarien et du végane dans le cinéma de l’universitaire Tristan Grellet qui a donné dans son temps imparti un exposé concis et cependant véritablement passionnant. Nous en sommes ressortis avec l’envie de voir des standards comme Drôle de Drame (1937) de Marcel Carné, et Monsieur Verdoux (1947) de Charlie Chaplin.
   Dire qu’on a aperçu pas mal de gens qui étaient là pour traduire en langage des signes ce qui était commenté de-ci de-là comme une intervention de Swantje Tomalak, la responsable du VeggieWorld France. Cette prise en considération des malentendants est une bonne chose, qu’on voit rarement à cette échelle.
   Certes, Gurren Vegan nous a trouvés frais comme la rose, et pourtant notre literie commence à se faire vieille, elle. Eh bien nous sommes tombés sur une alternative hyper intéressante. 100% végétale (latex et coton biologique), il existe des matelas très confortables et il faudra que vous les essayiez un jour parce que si on vous dit qu’ils sont à la fois fermes et moelleux (froumeux quoi !), vous ne voudrez pas nous croire. La société s’appelle Sommeil Nature.
   Pas d’événement comme le VeggieWorld sans un petit butin vegan. On a été très raisonnables. Par rapport à nos débuts dans le véganisme, où l’on a testé plein de choses, nous sommes à présent des consommateurs à tendance décroissante. On venait de faire les courses donc on n’a rien acheté d’alimentaire, mais on a privilégié des achats militants. Comment ne pas craquer sur les galets peints de Pascale Salmon, et K. avait vraiment besoin d’un t-shirt, et elle a trouvé son bonheur auprès de Tigger & Pepper.
    Vous entendrez très bientôt parler de la belle initiative de l’entreprise Algii, qui a pour but de nous faire manger des algues bretonnes sous des formes variées et gourmandes, et le hasard nous a fait rencontrer Thomas et Clément qui nous ont fait déguster leurs produits. Par exemple leur houmous à la spiruline est gravement bon, très équilibré en goût. Chut ! on partage avec vous ce secret des alcôves du Cent-Quatre : ils n’avaient pas de stand cette fois-ci, mais ça devrait être le cas au mois d’octobre prochain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

*

 

— zeitgeist et coup de gueule —
    Des employés et syndiqués de la FNAF CGT (Fédération Nationale Agroalimentaire et Forestière) distribuaient des tracts à l’entrée du VeggieWorld. Curieux de voir leurs revendications parce que, à notre sens, le véganisme et l’antispécisme c’est aussi une recherche de l’abolition de conditions de travail éculées, misérables et non émancipatrices, nous sommes au regret de constater que ces personnes ont un double discours qui traduit probablement leur vue erronée — limite pas sérieuse — de la conjoncture socio-politique actuelle et du militantisme animaliste. Leur papier est un imbroglio d’arguments à la fois démagogiques et fallacieux. Ils critiquent tantôt l’exploitation humaine par le grand patronat, okay. Et en même temps ils avancent que L214 visent les salariés tout en affirmant que les méthodes de l’association sont celles, « avérées de groupuscules d’extrême droite » en mélangeant tout. Pour eux, victimes ultimes, ils sont méprisés par leurs employeurs et rejetés par les gens de la cause animale dont ils font semblant de croire que comparer les abattoirs à l’horreur des camps de concentration c’est les insulter de nazis. On frôle la théorie paranoïaque du complot quand ils avancent être conscients « que les dirigeants de ces groupuscules [les associations animalistes] sont parfaitement intégrées au système capitaliste. Nous les soupçonnons même de faire le sale boulot d’autres capitalistes engagés dans la prolifération de produits de substitution à la viande qui ne contribuent en rien à la santé publique. » On appréciera les amalgames, les raccourcis et l’intox purs. L’emploi du mot prolifération n’est-il pas utilisé dans l’escient de faire peur en induisant l’idée d’une contamination, de quelque empoisonnement de type viral ?! Il faut redire que nous sommes, comme L214, partisans d’un travail collectif de transformation de la société, afin d’aider à la transition des métiers vers une végétalisation des productions et des énergies. Cela est raisonnable, pacifique, et urgent dans l’intérêt des animaux et pour le bien-être humain. On s’attendait à lire des revendications salariales liées à la crainte légitime de la perte d’emploi, mais on a trouvé au lieu de cela une analyse biaisée, si ce n’est volontairement mensongère, néfaste aux efforts d’un meilleur vivre-ensemble.

 

K&M

 

Publicités

Une réflexion sur “VEGGIE WORLD PARIS — AVRIL 2017 — SUCCÈS DU VÉGÉTAL ET COUP DE GUEULE CONTRE LA FNAF CGT

  1. Merci pour cette visite à distance. Quel plaisir de voir que ce salon attire de plus en plus de monde. Et je vous tire mon chapeau pour ne pas avoir craqué à chaque stand, c’est difficile tant le choix est vaste ! Mais en effet, quel meilleur « exercice » que de se retenir dans un lieu qui appelle à la consommation (certes de bons produits) mais qui peut vite faire pleurer le portefeuille à la fin de la journée !
    Belle journée,
    Mélanie

    Aimé par 1 personne

Un mot à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s