LA COSM’ÉTHIQUE — LE LIVRE PAS BATEAU DE CÉLINE NAISSANT : « L’IVRE DE BEAUTÉ »

« Moi, c’est mon corps qui pense. Il est plus intelligent que mon cerveau. Il ressent plus finement, plus complètement que mon cerveau. Toute ma peau a une âme. »
Colette (1873-1954)

 

« Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, elle sera poète, elle aussi ! »
Arthur Rimbaud (1854-1891)
   L’article qui suit n’aurait pas dû voir le jour.
   […]
   Mais le voici naissant… (ah ah !)
   J’ai acheté L’ivre de beauté de Céline Naissant le jour de sa sortie. Son format, sa présentation et son prix m’ont tout de suite convaincue et il faut dire que j’avais bien en tête d’en faire un article. Eh voilà, faute de temps (mais bien sûr…) et surtout n’étant pas aguerrie à l’exercice « chronique de livre pratique », j’ai laissé tomber, testant les recettes juste pour moi, égoïste que je suis.
   Mais un gentil appel du pied éditorial m’a remise sur les rails. Notre blog compte un peu dirait-on, et ça nous touche énormément. Et puis on écrit des articles sur les ouvrages qui traitent de la condition animale, nombre d’entre eux la défendent becs et ongles et celui de Céline Naissant ne déroge pas à la règle : il le fait de la racine capillaire aux ongles de pieds.
   « Comment puis-je prendre soin de moi dans le respect de mon corps, mais sur le dos des autres et en leur infligeant tant de tourments ? Cela, n’a aucun sens. Puisque je suis aujourd’hui informée, je ne peux le tolérer. » (p.8 in L’ivre de beauté)
   L’éthique est au cœur de cet ouvrage et ça fait un bien fou. Je ne me rappelle pas le nombre de fois où j’ai pesté en ouvrant des bouquins traitant de la fabrication de cosmétiques maison respectueux de l’environnement, où le lait, les œufs, la cire d’abeille ou même la gélatine, y tenaient une place importante. Les animaux, ces grands oubliés de l’écologie… Bien sûr, ce livre fait partie de la collection V des éditions L’Âge D’Homme, donc de fait il est vegan. Mais surtout l’auteure est véritablement engagée et ne surfe pas sur une mode. Combien de maisons d’édition publient des livres (surtout de cuisine) estampillés « vegan » alors que la démarche devrait être dite végétalienne. Je m’en réjouis pour les animaux, mais ne peux m’empêcher de penser qu’il y a parfois usurpation d’identité… Avec Céline, on est dans le vrai.
   J’aime ce livre qu’on lit (car il y a du texte), qu’on feuillette (aux toilettes dans mon cas) avant de s’arrêter sur une recette, parce que ça tombe bien : « on a tout dans les placards de la cuisine ».
(prochaine recette du blog ? eh non. Tout pour se faire beaux !)
  J’ai expérimenté une autre cosmétique maison il y a quelques années, de celle qui donne des dosages ultra précis (précis à la goutte, c’est dire), avec dix mille ingrédients. Sensée être rentable — ce qui doit être certainement le cas pour d’autres —, elle s’est avérée pour moi un gouffre financier, pour m’apercevoir au final que l’huile d’olive (la même que celle de ma ratatouille) telle quelle hydratait très bien, et cinq huiles essentielles différentes me suffisaient pour parfumer (même mon linge), cicatriser, soigner et déboucher mon nez.
   L’ivre de beauté est une bible de tous les trucs et astuces de grand-mères (aaah, les grands-mères, je dois à la mienne mon premier henné à 14 ans), du monde entier, véganisés. Si vous cuisinez, il y a des chances pour que vous puissiez faire une bonne partie des masques, onguents, soins capillaires que Céline vous propose, sans débourser un seul centime de plus.
   La couverture du livre est fraîche, résolument contemporaine, oserai-je dire presque politique ? La convergence des luttes rend beaux !
   Les illustrations de Pascale Boudeville sont en parfaite adéquation avec le contenu de ce livre, elles sont agréables, colorées, pleines de détails sympathiques et de qualité (mention spéciale au matou qui joue avec l’écarte doigts de pieds et la cafetière italienne).
   Le résultat est un livre à la prise en main facile, et dans lequel on se repère bien et qui met à l’aise par sa générosité et sa simplicité.
   En pensant à Céline Naissant, qui est aussi, il faut le rappeler, une femme de théâtre et une journaliste, on pense également à l’écrivaine Colette, qui fût actrice, reporter et qui fût directrice d’un institut de beauté où elle proposait ses propres cosmétiques à base de coings et de concombres. Un autre point commun entre ces femmes ? Grandes amoureuses des animaux.
   Et maintenant (roulements de tambour….) le moment tant attendu : le verdict.
*
   Implacable, sans détour — mais avec poésie (baudelairienne, allons-y carrément), parce qu’on parle de L’Ivre de beauté — quand même ! J’ai donc essayé plusieurs recettes, surtout celles qui concernent les pieds et le visage, et je dois dire qu’elles ont été plutôt efficaces.
L’Invitation au voyage : le gommage pour pieds à l’huile de coco et au sucre.
   Une vraie gourmandise car non contents de sentir divinement la coco, mes petons (constamment enfermés dans mes Doc) étaient tout doux, et ils le sont encore car je fais maintenant ce gommage deux fois par semaine.
La chevelure : l’ajout de bicarbonate dans mon shampoing.
   J’ai pu gagner un jour dans l’espacement de mes lavages et j’en suis ravie, car moins j’en fais, mieux je me porte !
Horreur sympathique : le masque peel off à la farine et au charbon végétal.
   Bien sûr il est vivement conseillé de se couper du monde le temps de la pose. Ce masque n’a pas fait pile pour l’effet peel off, par contre l’association du charbon et du côté abrasif très doux de la farine, en font une recette véritablement désincrustante et purifiante. Je le fais maintenant une fois par semaine.
Le flacon : l’eau florale.
   Maintenant j’écoute Céline (mais non, toujours pas Céline Dion, je suis les bons conseils de Céline Naissant) et je me vaporise d’eau florale de rose soir et matin. Et ma peau s’en porte bien, et surtout ça sent si bon.
La fin de la journée : démaquillage à l’huile.
   Déjà vue sur une vidéo de « Peau lisse secours » (vidéo) et présente dans le livre, cette routine démaquillage, permet de vraiment nettoyer en profondeur la peau.
   Il y a aussi des recettes pour homme. Hélas, M. n’a encore pas daigné servir de cobaye. Étant contre l’expérimentation animale, il s’est farouchement opposé à ce que je le soumette à toutes sortes de tests, mais je ne désespère pas !
   Vous l’aurez compris, on ne saurait trop conseiller l’achat de ce livre qui est une vraie mine d’or de bons tuyaux, pleine d’esprit, 100% cruelty free, dont on sent que Céline Naissant a eu beaucoup de plaisir à l’écrire, avec la généreuse volonté de regrouper et de transmettre les secrets de beauté de nos aïeules — d’où qu’elles viennent : où esthétique rime merveilleusement avec éthique.

 

K.(&M)

 

 

Et don’t forget
BebeeTV – Vegan LifeStyle
Publicités

4 réflexions sur “LA COSM’ÉTHIQUE — LE LIVRE PAS BATEAU DE CÉLINE NAISSANT : « L’IVRE DE BEAUTÉ »

Un mot à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s