LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2018

     Chers tou-te-s,

 

     Une année s’achève, qui aura été encore plus forte pour la cause animale.
   Cette année nous réitérons nos vœux concernant l’effacement des egos devant la cause. L’affaire de la libération animale n’a rien à voir avec d’éventuelles « personnalités » parce que ce qui compte c’est le débat d’idées et comment de nos réflexions communes peuvent surgir les bonnes actions à mener pour qu’avance la question qui nous intéresse.
   Il y a, de façon évidente, plusieurs moyens pour soutenir la cause. De la désobéissance civile et l’occupation non violente des lieux symboliques-pratiques de l’exploitation animale, en passant par les happenings, les marches, les enquêtes, les sites, les arts, les publications ou le sport, mais aussi le commerce — pourvu qu’ils affichent toujours clairement leur raison d’être éthique — jusqu’à investir les arcanes traditionnels des institutions politiques de l’État, il faut continuer sans faillir les efforts quotidiens et donc protéiformes pour transformer la société civile qui est l’unique espace opératoire de notre réalité commune où agencer la biopolitique.
   Si on n’a de cesse d’avertir les peuples concernant les dangers liés à la pollution et à la disparition de la biodiversité, l’animalisme doit aujourd’hui — à notre sens — s’affirmer comme l’axe principal d’une attitude écologique responsable, écologie qui pourrait dès lors reprendre le nom de biologie. En effet, il n’est plus uniquement question de protection de l’environnement en tant que moyen de sauvegarde de l’humain dans un « développement durable », mais bel et bien de prise en compte d’une égalité d’intérêts à vivre et de droits fondamentaux autour de ce vivre que nous partageons biologiquement avec tous les êtres vivants. L’abolitionnisme est au cœur d’une telle refondation .
   Pour que cessent zoocides, génocides et écocides ; animalistes : antispécistes, véganes, végétarien-ne-s, soyons une seule et unique voix pour les animaux, une voix terrestre par-delà les nations et leurs rivalités économiques aliénant le vivant. La vie n’est pas un marché. Animalistes de tous pays, unissons-nous.
   C’est en laissant vivre qu’on se sent le mieux vivants, et qu’on trouve — enfin — sa place, son être-au-monde.

 

   Très bonne année à tou-te-s.

 

   K&M

7 réflexions sur “LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2018

  1. En cette période de l’année si propice à l’expression des sentiments, en cette période de réflexion, je souhaite que cette simple pensée puisse refléter toute mon admiration ressentie à l’endroit de tous les êtres sensibles et généreux sur tout les plans !

    Aimé par 1 personne

Un mot à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s