LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2020

     Cher-e-s tou-te-s,
   Chaque année depuis que nous avons commencé le blog, nous vous présentons nos meilleurs vœux.  Cela dit : à quoi bon ?
   Tout de même, nous avons bien en tête quelques personnes à qui nous présentons implicitement nos vœux pour cette nouvelle année.  On pense bien évidemment à celleux qui nous interpellent par le médium de l’écriture, mais cela peut être la photographie, la chanson aussi, la caricature, etc. On pense aussi aux militant-e-s discret-e-s qui agissent dans l’ombre sans rien demander à personne. Sans tenir de comptes…
   Chaque année nous essayons, assez vainement — c’est dire donc : avec vanité — de faire un état des lieux de la cause animale vue de notre fenêtre. Nous avons évoqué la nécessité de rester solidaires entre les courants internes à la cause, de laisser nos égos de côté, etc. Cela dit : à quoi bon ? Qui lit vraiment ? Qui écoute ?
  À quoi bon quand, bien que les « ennemi-e-s » de l’animalisme au sens large, se plaignent de la trop forte présence des défenseur-e-s des animaux dans les médias, tandis qu’en réalité l’être-au-monde se mue en charogne, pour ne pas dire en charnier ? Quand le temps passe et que l’extermination de la vie sauvage continue de plus belle et que les animaux domestiques sont, sur la planète, toujours plus nombreux à succomber, là cachés… ?
  À quoi bon quand on voit que la Justice devient le bras armé d’une force économique qui gouverne et s’acharne — déchire la chair — à la fois des bêtes et des groupes de résistance qu’on écrase, bâillonne en en donnant une image désastreuse dans un mélange des genres rhétorique ayant l’air de la bien-pensance ?
  À quoi bon quand il faut régler des comptes au sein même du mouvement, où s’élèvent des figures qui se voudraient héroïques mais qui finalement tombent de leur ciel, en flammes, en risquant d’incendier tout notre milieu ?
   Car c’est bien, de bien des manières, la pire des espèces qui prétend être l’avocat des animaux après en avoir été le bourreau. C’est aussi la seule, l’unique responsable, qui puisse le faire, cette pire des espèces. Et qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas ici de misanthropie mais juste d’un constat. Nous avons, surtout collectivement, énormément de mal à nous élever à la hauteur de nos prétentions, et à plus forte raison lorsqu’il faut le faire au nom d’êtres qu’alors nous devrions donner à voir en nous plaçant derrière elleux.
      À quoi bon ? Parce que quitte à vivre en ce monde-ci, il faut bien y défendre encore et encore nos convictions en fonction de ces vérités que d’autres cherchent à effacer.
   C’est en laissant vivre qu’on se sent le mieux vivants, et qu’on trouve — enfin — sa place, son être-au-monde.
   Bonne année à tou-te-s.
   K&M

4 réflexions sur “LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2020

Un mot à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s