VÉGANOSOPHIA — GÉOPOLITIQUE ANTISPÉCISTE ET BIOPHILE — ZOONOSES, PANDÉMIES, EXTINCTION — UNE SOLUTION HÉTÉROBIOTIQUE (PARTIE III)

VEGANOSOPHIA 

Nihil animali a me alienum puto
  « L’objectif des veganosophia réside, dans le croisement de données et l’intertextualité ainsi produite, dans la volonté de poursuivre le questionnement philosophique fondamental du véganisme contre l’exploitation animale. Chaque partie publiée est susceptible d’être augmentée, développée ultérieurement à sa mise en ligne, ou prolongée de manière directe ou indirecte dans d’autres textes « véganosophiques ». »

 

VÉGANOSOPHIA — GÉOPOLITIQUE ANTISPÉCISTE ET BIOPHILE — ZOONOSES, PANDÉMIES, EXTINCTION — UNE SOLUTION HÉTÉROBIOTIQUE (PARTIE III)

 

   4) Animal rationale ? — Diplomatie dans la lumière de l’Être
   Dans une thèse explorant la brève ouverture de la philosophie du jeune Heidegger pour un mode existential des animaux, Christiane Bailey montre qu’il y a bien eu, avant le re-jet du zoon hors du Dasein (de l’être-là devenant rapidement exclusivement humain) une modalité propre — originaire — appartenant (ou ici allouée) aux animaux, formant donc ontico-ontologiquement famille avec l’humanité. Et comme le dit fort bien Juan-Manuel Garrido dans une autre thèse : « […] c’est l’animalité de l’être — l’être se libérant de l’être — ce qu’il faut essayer de comprendre si l’on veut vraiment libérer l’essence de l’homme de l’humanisme métaphysique. » On comprend bien que le darwinisme et l’éthologie contemporaine achèvent de donner raison à cette position : que l’être comme ce quoi se donnant à soi-même n’est pas un privilège humain, mais est bel et bien disséminé dans le monde que nous partageons avec ces êtres dans la différence ontologique s’effaçant immédiatement au profit de la corporéité (ipséité biontique). Heidegger, en privant les animaux de monde(s), les a virtuellement coupés de l’espèce humaine à sa manière et à la suite de Descartes, et même si pour des raisons différentes, donnant quelque part l’illusion d’une sorte d’immunité spécifiquement humaine — « étrangisant » l’humain de l’animal, jetant le bioç hors de l’exis — ou bien ex-communiant l’humain du monde des vivants et le pro-jetant vers un autre état plus singulier (solus ipse)[1].
Lire la suite

VÉGANOSOPHIA — GÉOPOLITIQUE ANTISPÉCISTE ET BIOPHILE — ZOONOSES, PANDÉMIES, EXTINCTION — UNE SOLUTION HÉTÉROBIOTIQUE (PARTIE II)

— VEGANOSOPHIA 

Nihil animali a me alienum puto
  « L’objectif des veganosophia réside, dans le croisement de données et l’intertextualité ainsi produite, dans la volonté de poursuivre le questionnement philosophique fondamental du véganisme contre l’exploitation animale. Chaque partie publiée est susceptible d’être augmentée, développée ultérieurement à sa mise en ligne, ou prolongée de manière directe ou indirecte dans d’autres textes « véganosophiques ». »

 

VÉGANOSOPHIA — GÉOPOLITIQUE ANTISPÉCISTE ET BIOPHILE — ZOONOSES, PANDÉMIES, EXTINCTION — UNE SOLUTION HÉTÉROBIOTIQUE (PARTIE II)

 

   3) Secundum species suas : antispécisme et hyperéthique
   Selon Gil Bartholeyns, qui parle alors depuis la crise sanitaire en cours, ses causes et ses conséquences, il convient dans l’optique d’un partage des communs planétaires avec les étant-vivants, de penser l’alterité animale dans le cadre de l’hétérobiose, où vivre ensemble est être forts de nos différences, où la zoodiversité est garante de la pérennité même de la vie. Cette disposition d’esprit ne s’oppose pas à la mise en place de droits fondamentaux pour les animaux. Plutôt vise-t-elle à définir le biosystème comme suffisamment parfait en résilience et comme l’espace idéal d’épanouissement des animaux. Un certain antispécisme classique arguera que comme ce sont les individus qui comptent il faut s’occuper de chacun pour lui assurer une vie heureuse, et donc d’employer l’utilitarisme pour mesurer la souffrance et la faire diminuer, voire disparaître.
Lire la suite

À GAUCHE TOUTE ESSENTIELLEMENT ! — PRÉSENTATION DE « CAUSE ANIMALE, LUTTES SOCIALES » PAR ROMÉO BONDON ET ELIAS BOISJEAN

PRÉSENTATION DE « CAUSE ANIMALE, LUTTES SOCIALES » PAR ROMÉO BONDON ET ELIAS BOISJEAN

 

« L’écologisme utilise l’écologie comme le levier d’une critique radicale de cette civilisation et de cette société. Mais l’écologie peut aussi être utilisée pour l’exaltation de l’ingénierie appliquée aux systèmes vivants. »
p.270 in Écologie et Politique. Écologie et Liberté, Michel Bosquet (André Gorz)

 

« Cette division des humains en « nous » et en « eux » — leur juxtaposition et leur antagonisme — a été, tout au long de l’histoire de l’espèce, un trait caractéristique inséparable du mode humain d’être-au-monde. »
p.49 in L’âge de la régression, dirigé par Heinrich Geiselberger (« Des symptômes en quête des objets et d’un nom » par Zygmunt Bauman)

 

« La cause animale n’est pas essentiellement de gauche. »
David Chauvet, tribune parue sur Marianne.net le 29 juillet 2021

 

 

 

   Au mois d’avril 2021 est paru chez l’éditeur indépendant le passager clandestin, un superbe recueil de textes représentatifs de l’engagement de gens de gauche notamment pour la cause animale, du XIXe siècle à l’avant seconde guerre mondiale. Sur la page de la maison d’édition on trouve que c’est : « Un livre qui explore les racines socialistes et libertaires des mouvements de défense des animaux. »
  Qu’on se le dise tout de suite car c’est la vérité : la cause animale touche des humain.e.s de toutes obédiences, politiques, apolitiques, religieuses ou athées, et dans tous les pays du monde. Toutefois, à l’heure actuelle en France, et à moins de ne pas avoir la télévision, internet ou même encore la radio, et de ne pas lire les journaux, on ne saurait ne pas avoir remarqué ce qu’on peut appeler une tendance forte à la droitisation de la société, droitisation d’origine néolibérale ayant pour fonction d’exploiter à bon compte une culture-marketing du greenwashing (écoblanchiment) et pour ordonnée la question critique du choc culturel entre Occident et Orient, l’un en voie de régression morale et l’autre peinant à progresser en modernité — où est sans cesse réactivé le ressentiment xénophobe et son cortège de théories « politiques » anticosmopolites mettant à la fois à la marge la question du changement climatique et celle de la condition animale. D’un certain point de vue, le Parti Animaliste fondé en 2016 a réussi son pari de neutralité : que les autres partis, plus anciens, connus et plébiscités par les votant.e.s, s’emparent de la question animale. Il les force littéralement (et c’est une remarquable réussite) à prendre en considération la condition animale tel que cela n’avait jamais eu lieu auparavant. D’un autre côté, le monothématisme du PA tend à mettre à l’écart la question sociale comme si un humain qui vote ne le faisait pas depuis sa propre condition dans la société, et peut-être plus encore comme si notre rapport aux animaux n’était pas consubstantiel à la structure même de notre civilisation, de ses usages techniques sur le monde et ses cohabitant.e.s et des possibilités ou non, pour les humain.e.s, de s’y émanciper et de travailler chacun.e à son niveau à toutes améliorations souhaitables des conditions de vie pour tou.te.s. Comme l’écrivent avec pertinence Roméo Bondon et Elias Boisjean, les auteurs de Cause animale, luttes sociales, aujourd’hui un constat s’impose : si le mouvement animaliste est politiquement hétéroclite, les formations favorables à l’émancipation humaine et à une juste répartition des richesses marchent en ordre dispersé quant à la manière d’appréhender notre rapport aux animaux[1].
   Pour l’intérêt fondamental des animaux à ne pas être exploités ni souffrir du traitement qui leur est réservé par les êtres humains, cela ne change rien en effet que leurs défenseur.se.s soient de droite, du centre, de gauche, qu’iels désirent aider leurs prochains à la dérive depuis la Syrie, l’Irak ou l’Afghanistan entre autres — enfin que les Droits de l’Homme soient respectés en somme et qu’on fasse preuve d’égard pour nos semblables — ou qu’iels ressassent les antiennes maurassienne ou lepeniste, bref qu’iels entretiennent par peur personnelle ou conviction hallucinée les affres du phénomène de la colonisation-décolonisation, pensent qu’il suffit de libérer les animaux tout en soutenant les formes de rancœurs et racismes dont nos sociétés sont toujours extrêmement imbibées, pour que la vie sur Terre soit agréable. Cependant, à l’heure hypermédiatique où se font face d’étranges hybridations politiques dans un melting-pot du socius bien plus important et complexe, donc retord, qu’on ne veut bien le dire, avec d’un côté des réactionnaires globalisants et des progressistes séparatistes, et où l’on revendique haut et fort pour le féminisme, l’antiracisme, l’écologie, etc., il faut bien remarquer, comme le disent Bondon et Boisjean, que pour indépassable et structurante que soit la question de classe, elle n’explique pas, à elle seule, l’entièreté des dominations à l’œuvre au sein de la société[2]. Pour preuve ce qu’avancé par David Chauvet l’été dernier comme quoi « Certains, comme Éric Zemmour ou Philippe de Villiers, ont pu déplorer qu’il n’y ait pas d’écologie de droite, qu’on abandonnât la préservation de l’environnement à la gauche écologiste », ainsi que « Si la droite est le plus souvent hostile à la cause animale, les Français, quant à eux, lui sont massivement favorables. » ; D. Chauvet soulignant qu’on dénombre bien moins de sympathisant.e.s de gauche que de personnes se déclarant en faveur du bien-être animal, mais enchaînant sans cette fois-ci écrire explicitement à qui (ou quel parti[3]) il fait référence en tançant que « Lorsque la gauche croit manifestement pouvoir s’appuyer sur l’écologie ou la cause animale pour nous faire avaler son wokisme […] » on laisserait grandir « […] l’insécurité culturelle de notre pays, en particulier lorsqu’on voudrait saper son identité universaliste au profit du communautarisme ou d’un racialisme d’importation américaine. ». Voilà une tribune qui à la fois ne mâche pas ses mots mais demeure, hélas, trop équivoque pour qu’on sache vraiment de quel côté le cœur de David Chauvet balance — en dehors bien sûr de son indéfectible engagement pour les animaux qu’il défend depuis des années, sur le terrain, en association puis via des ouvrages forts instructifs et bienvenus.
   Toutefois, on s’interroge, pour ne pas dire qu’on est pantois. Si la libération animale nous semble être une évidence souhaitable, on se demande à quoi elle servirait, et pour les animaux et pour les humains, si nous continuions nos guéguerres, nos concurrences effrénées au détriment de l’équilibre planétaire et des conditions de travail et de vie de tou.se.s. C’est là qu’il faut se rappeler que les fameux acquis sociaux qui restent aujourd’hui encore vraiment justes des minimas éthiques sont des choses qui ont été farouchement obtenues dans les barricades et les manifestations, que des femmes et des hommes ont payé de leur vie pour nous autres. Roméo Bondon et Elias Boisjean convoquent l’impeccable Louise Michel qui partageait avec ses conscrit.e.s de l’époque de savoir aussi bien écrire qu’elle était sincère et avant-gardiste dans ses engagements moraux et politiques : « […] Louise Michel rend possible et pensable, dès les années 1880, une pensée de l’émancipation intégrale, autrement dit articulée : les travailleurs et travailleuses, les femmes, les colonisé.es, et les animaux ne sauraient être exploités, dominés et massacrés plus encore. » (op. cit. p.23) On aura donc beau jeu de vilipender celleux qu’on espère conspuer en les traitant d’ismalo-gauchistes, force est de constater que Franz Fanon n’avait pas tort : « [L]e langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. » (cité in op. cit. p.25[4]) On renvoie vers les travaux de Pierre Serna concernant ce point (et connexes, voir La politique sexuelle de la viande de Carol Adams et Le loup et le musulman de Ghassan Hage).
   Comme nous l’évoquons pour notre part dans certains de nos articles ou véganosophia, c’est parce que tout est lié qu’il convient de penser la « destruction du racisme », l’exploitation économique des « énergies fossiles depuis le XIXe siècle », « l’extractivisme », le « réseau de transport mondialisé » (cf. la pandémie de Covid-19 entre autres) et bien entendu l’« érosion actuelle de la biodiversité mondiale » comme nous y invitent Bondon et Boisjean. D’autre part, il faut prendre garde à ne pas commettre un péché d’orgueil qui, tel que formulé par les penseurs influents de l’antispécisme français actuel, jette le bébé écologiste avec l’eau du bain au seul argument qu’uniquement la souffrance individuelle des animaux (de rente, domestiques ou sauvages) compte, car en effet si la disparition des espèces en soit n’est pas une question pour les antispécistes tandis que l’écologie classique la dénonce à cause d’un possible manque de ressources à venir pour les humain.e.s, cette disparition correspond pourtant bel et bien chaque fois à des souffrances individuelles pleinement subies et ressenties, sans compter qu’on n’est pas capables de mesurer le mal causé aujourd’hui et demain à tous les animaux encore existants vivant en interrelation avec ceux qui disparaissent. Pour Bondon et Boisjean on peut également s’engager pour un socialisme résolument écologiste et animaliste : « Rares sont les théoriciens et théoriciennes antispécistes qui avancent un raisonnement logique les conduisant à promouvoir une réduction générale de la souffrance animale tout en considérant les menaces pourtant réelles d’une sixième extinction de masse. » (op. cit. p.29[5]).
   Pour finir à propos de ce recueil composé de textes de Charles Gide, Marie Huot, Louise Michel, Octave Mirebeau, Elisée Reclus, Louis Rimbault, Séverine, Léon Tolstoï, Georges Butaud, Sophie Zaïkowska, Ernest Cœurderoy et Henry S. Salt , nous vous partageons quelques extraits des femmes et des hommes qui ont pensé la cause animale et les luttes sociales ensemble dans un passé pas si lointain, et qui constitue, à notre sens, le noyau dur d’une zoopolitique contemporaine qui, sans attendre, à encore fort à faire pour les animaux et les êtres humains[6]. Pour savoir où l’on va, dit-on, il faut s’avoir d’où l’on vient.
Roméo, Elias ; merci Messieurs.

 

 

K&M

 

 

Ernest Cœurderoy (1825-1862)
« […] il n’est pas de peuple supérieur, inférieur ou égal aux autres ; mais que tous sont différents et que l’harmonie de l’ensemble résulte de ces diversités. » « Dans cette lutte, une dizaine de bouchers assommeront le pauvre animal, et Dieu sera du côté des coupables. Quant à ces petites bourgeoises, vêtues en châtelaines, elles vous appartiendront, comme à d’autres, si vous pouvez les payez. » « Que me veulent ces hommes ? Que leur ai-je fait, et pourquoi me harceler ainsi ? […] Et quand finira ce long supplice ? » « Oh les hommes ! les lâches, ils disent que les animaux n’ont pas d’âme ! Et les voilà qui répondent aux derniers mugissements de la bête par de grands éclats de rire ! »
Louise Michel (1830-1905)
« Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblant, cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme. »

Marie Huot (1846-1930)
« […] le public parisien venir assister à des expériences in anima vili. »
Elisée Reclus (1830-1905)
« […] magasins de chair ambulante qui se meuvent avec peine du fumier à l’abattoir. » « On connait le sort de l’autruche et du bison, on prévoit celui du rhinocéros, de l’hippopotame et de l’éléphant. » « Lorsque notre civilisation, férocement individualiste, divisant le monde en autant de petits Etats ennemis qu’il y a de propriétés privées et de ménages familiaux aura subi sa dernière faillite […] lorsque les naturalistes enthousiastes nous auront révélé tout ce qu’il y a de charmant, d’aimable, d’humain et de souvent plus qu’humain dans la nature des bêtes […] véritables compagnons. » « Mais à l’égard des animaux, la morale n’est-elle pas également élastique ? » « Ce monstrueux abus disparaîtra. »

 

 

Léon Toltoï (1828-1910)
« […] le loup pouvait dire avec la même justesse : qu’en mangeant des lièvres il sauvait des insectes avalés dans l’herbe, le lièvre pouvait résonner de même, et les insectes à leur tour […]. »

 

 

Henry Salt (1851-1939)
« L’émancipation de l’homme entraînera avec elle celle des animaux. » « Ainsi, l’influence indirecte des principes végétariens sur la mise en place d’un plan de réforme sociale est immense. Un régime alimentaire épuré et éclairé, fondé sur les produits strictement nécessaires, dispose presque immédiatement l’esprit de ceux qui le pratiquent à des comportements également simples et altruistes. »

 

 

Louis Rimbault (1877-1949)
« Ce n’est pas parce qu’on est menacé d’invasion par les pigeons et les taureaux qu’on organisent les tirs aux pigeons et les corridas. »

 

 

Vers la maison d’édition…

 

Sur Roméo Bondon, cliquez ici
Sur Elias Boisjean, bah cliquez aussi « ici » mais

 

 

   [1] Op. cit. p.18.
   [2] Ibid., p.21.
   [3] On déduit : Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise.
   [4] Dans Les damnés de la terre. Les auteurs ajoutent, pp.26-27 à propos de l’apparition du « véganisme noir » : « S’il s’avère indispensable de s’élever contre la moindre opération d’animalisation d’une population, comment ne pas voir qu’elle est rendue possible par la dépréciation initiale de l’animal ? »
   [5] Ils citent en exemple inverse la position de l’animaliste, antispéciste et écologiste Jean-Marc Gancille, et nous font savoir que « […] l’écologue Elise Huchard, fait cas, sur le plan éthique, d’une réconciliation entre individualisme antispéciste et holisme écologiste, en prônant humilité et discrétion pour sauvegarder l’autonomie et l’indépendance des animaux sauvages au sein de milieux protégés. »
   [6] Citations extraites, dans l’ordre, du recueil de Roméo Bondon et Elias Boisjean, p.39, 43, 61, 73, 107-108, 108, 111, 119, 136, 161, 166, 170, et p.230.

VÉGANOSOPHIA — GÉOPOLITIQUE ANTISPÉCISTE ET BIOPHILE — ZOONOSES, PANDÉMIES, EXTINCTION — UNE SOLUTION HÉTÉROBIOTIQUE (PARTIE I)

— VEGANOSOPHIA 

Nihil animali a me alienum puto
  « L’objectif des veganosophia réside, dans le croisement de données et l’intertextualité ainsi produite, dans la volonté de poursuivre le questionnement philosophique fondamental du véganisme contre l’exploitation animale. Chaque partie publiée est susceptible d’être augmentée, développée ultérieurement à sa mise en ligne, ou prolongée de manière directe ou indirecte dans d’autres textes « véganosophiques ». »

 
VÉGANOSOPHIA — GÉOPOLITIQUE ANTISPÉCISTE ET BIOPHILE — ZOONOSES, PANDÉMIES, EXTINCTION — UNE SOLUTION HÉTÉROBIOTIQUE (PARTIE I)
 
 
   1) Le différend de la différence : Wirklichkeit
   Pour le grand public dont nous sommes, que nous importe en définitive si c’est le pangolin, la chauve-souris ou Winnie l’ourson qui aura été le vecteur originel du Covid-19. La découverte de la cause précise de ce nouvel épisode viral épidémique puis pandémique — on dit alors : zoonotique car il provient du milieu animal — intéresse les scientifiques dans le but que ceci ne se reproduise plus, mais la véritable question de cette crise anthropologique en rapport au biosystème est bien plus vaste que ce simple épisode dont, nous aurions dû collectivement le savoir dès son commencement, nous n’allions pas nous débarrasser en quelques mois seulement.
Lire la suite

« FISH & NOUS LA PAIX » — FOLK SONG ANIMALISTE

Screen Fish song
     Cher-e-s tou-te-s,
   En 2016, notre amie Catherine Hélayel, autrice de Yes Vegan (ouvrage précurseur en France concernant l’engagement dans le véganisme), travaillait à l’écriture d’un essai sur la cause des poissons, jusqu’alors un peu les grands oubliés de la cause animale. Hélas, ce livre n’a pas pu voir le jour.
   Dans nos discussions d’alors, le titre « Fish et nous la paix » (appréciez le jeu de mot !) nous est venu, et par la suite, l’idée d’un texte et d’une musique pour une chanson. La personne à qui nous avions à l’époque proposé d’interpréter cette chanson n’ayant pas pu donner suite, on s’y est collé.e.s tardivement. D’abord enregistrée via un pc avec juste une guitare et les voix, nous avons toujours eu envie d’en faire quelque chose d’abouti. Cela a pris du temps. En effet, même si durant quelques années il y a longtemps nous avions un groupe de rock et avons fait de très modestes concerts, nous étions passé.e.s à autre chose et nous étions séparé.e.s de tous nos instruments et matériels excepté une guitare acoustique.
   Désormais, l’envie musicale est un peu revenue, et avec elle une guitare électrique, et surtout dorénavant il existe en ligne sur le net des outils tout à fait corrects pour réaliser ce genre de projet — pensez donc qu’on s’est même aidé d’un smartphone ! nous qui n’avions pas de portable il y a encore un an…
Lire la suite

ON MORD LA VIE À PLEINES DENTS NOUS, ET PAS À L’HAMEÇON DU « PLAIDOYER POUR UNE VIANDE SANS ANIMAL » — DAVID CHAUVET ET SA BROCHETTE ARE BACK!

ON MORD LA VIE À PLEINES DENTS NOUS, ET PAS À L’HAMEÇON DU « PLAIDOYER POUR UNE VIANDE SANS ANIMAL »
 
 

 

« Tous les animaux naissent-ils dotés de droits naturels ? Non, bien sûr. »
p.88 in Trois utopies contemporaines — Francis Wolff (2017)
 
 
« Certes, les derniers vestiges du simple bon sens paraissent encore retarder leur triomphe, mais qui peut jurer que demain l’opinion publique ne sera pas prête à réclamer le vote de lois antispécistes calquées sur celles qui répriment le racisme ou l’antisémitisme ? »
p.1342 in Essais — Philippe Murray (2010)
 

 

 
« […] toute espèce a des concurrents, des prédateurs, des parasites, des agents pathogènes qui l’empêchent de pulluler. »
p.53 in Les Limites du vivant (collectif) — Raphaël Larrère (2016)
 
 
 
 
 
 
   Le v’là de retour l’autre espèce de pas assez en danger ! Et même que ça se reproduit à une vitesse folle c’t’espèce, une vitesse telle que nos amis du lobby de la chasse sont obligés de faire une fort belle et bucolique publicité pour dire la beauté de ce noble sport familial — OK : un loisir aussi si vous voulez, le plaisir à l’état pur quoi. Et nous refaites pas la tirade de Dame Nature…, tatata, dès que le soleil darde ses rayons, et nia nia nia. C’est bon, ça suffit les âneries des requins de véganes !
 
plaidoyer...

Lire la suite

UN ESSAI DE REFONDATION POLITIQUE EN PHILOSOPHIE ANIMALE — LECTURE DE « UNE ÉTHIQUE ANIMALE POUR LE XXIe SIÈCLE » DE PATRICK LLORED — SUBLIME ZOOANTHROPOÉTHIQUE

UN ESSAI DE REFONDATION POLITIQUE EN PHILOSOPHIE ANIMALE — LECTURE DE « UNE ÉTHIQUE ANIMALE POUR LE XXIe SIÈCLE » DE PATRICK LLORED

 

« Toute rencontre avec l’animal encore plus qu’avec les humains est surgissement de sa vie dans la nôtre, […] »
p.45 in Mort d’un cheval dans les bras de sa mère, Jane Sautière (2018)

 

« […] mais la loi interdisait aux animaux, même dotés du statut de sous-être, d’aller se faire soigner dans un hôpital humain. Quand les sous-êtres tombaient malades, l’Instrumentalité se chargeait d’eux — dans des abattoirs. Il était plus facile de créer de nouveaux sous-êtres que de redonner la santé aux mal-portants. En outre, l’ambiance prévenante et attentive de l’hôpital aurait pu leur donner des idées : celle, par exemple, qu’ils étaient des personnes véritables […] »
p.435 in Les Seigneurs de l’Instrumentalité, Cordwainer Smith

 

« Le véritable amour de la nature, […], consiste en ce que la nature est aimée pour elle-même, c’est-à-dire précisément pour ceux de ses côtés qui n’ont rien d’humain. »
p.299 in Nature et formes de la sympathie, Max Scheller (1923)

 

 

 

 
Pour le bien de tout vivant !
 
     Dans son livre Ce que les bêtes nous apprennent de la politique, Brian Massumi écrit que […] la vie vit sa propre abstraction — le moindre de ses gestes étant une spéculation pragmatique sur la nature en train de se faire[1]. C’est cette abstraction qui fabrique a fortiori comme a posteriori une communauté de destin du vivant et à plus forte raison lorsque ce phénomène est incarné par un sujet[2] (un animal) et s’éprouve de quelque façon que ce soit au contact du monde, autrement dit contre les autres du monde, en s’appuyant sur eux autant qu’en devant parfois chercher à les éviter. Il s’agit plus en réalité d’un devenir par destination que par nature, puisque tout est dû au hasard et n’est jamais prémédité, à l’exception de l’entrée en jeu de la politique (pólis, πόλις) — la communauté de citoyens (humains jusqu’à présent) libres et autonomes formant une structure sociale capable de formuler par avance, c’est-à-dire de répondre à un désir commun de vivre, pour la construire ensemble, la cité idéale offrant à chacun la possibilité de s’émanciper et de s’épanouir en s’enrichissant auprès des autres et réciproquement. C’est en tout cas, des Antiques aux Lumières jusqu’à nos démocraties contemporaines, pour ce qu’elles parviennent à valoir, le projet que toutes les sociétés ont mené à leur manière avec plus ou moins de succès. Cette construction toujours à parfaire doit de toute évidence sa longévité, si l’on exclue de notre propos les injustices entre les humains, à la domination et à l’exploitation de sous-êtres auxquels on aura soutiré le plus souvent d’abord leur force vitale puis carrément leur propre vie. C’est donc contre les intérêts à vivre de ces sous-êtres que sont les animaux sous l’égide humaine, que nous humains sommes parvenus à maintenir les nôtres jusqu’à présent. Cela dit les temps changent et s’immisce peu à peu dans les consciences et dans le champ politique (politikos), l’idée que les animaux ne sont pas des choses dont on peut disposer, mais des êtres à part entière qui participent, plus prou que peu, à l’équilibre précaire de cette pragmatique spéculation qu’est cette abstraction pure : la vie. Cette vie qu’on voit disparaître par pans entiers à cause de notre industrieuse action sur le monde, au risque d’en pâtir nous-mêmes[3].

Lire la suite

KAIROS 2.0 — LETTRE À CORINE PELLUCHON. « LES LUMIÈRES À L’ÂGE DU VIVANT »

LETTRE À CORINE PELLUCHON. « LES LUMIÈRES À L’ÂGE DU VIVANT »

 

« Cette petite aventure
Va tourner en déconfiture
Éclaire-moi
[…]
Cherche un peu de lumière
Tout s’éclaire »
Axel Bauer — « Eteins la lumière » in album Sentinelles (1990)

 

« J’ai réalisé un saut éthique qui m’a non seulement réconforté l’âme mais consolidé dans mes réflexions sur la nature du pouvoir. »
p.123 in Tu m’as donné de la crasse et j’en ai fait de l’or — Pacôme Thiellement (2019)

 

« L’être est donné en tant que co-existence et dans la communauté ontologique avec d’autres êtres vivants il n’y a pas seulement des bêtes humaines objectivantes, mais tous les êtres pour lesquels l’expérience du monde (disjonction entre Welt et Umwelt annulée) existe. »
p.100 in Animalité — Jan-Ivar Lindén (2011)

 

 

 

omnes superluitates comburit
nullum animal ad usum sui rude est
 

 

     Chère Corine Pelluchon,
    Que raison garder serait d’aller toujours à l’essentiel. Non pas que l’essentiel soit identique pour tous chaque fois, toutefois entre la contingence et la nécessité, doit-on pouvoir — collectivement — pour le bien-commun, faire les choix qui nous éclairent, nous rassemblent sous le soleil de la vie, autrement dit faire œuvre de civilisation vraiment : développer un nouveau kairos : celui du bon acte au bon moment — il serait temps…
   C’est ce que se propose de nous aider à penser votre dernier essai philosophique paru au Seuil le 7 janvier dernier ; opus magnum s’il en est qui vient à la fois, dirait-on, couronner vos travaux précédents et, dans cette forme de clôture d’un long cycle (dé)constructif, prend à la fois la forme d’une ouverture vers des possibles non encore réalisés dont nous ferions bien de saisir les opportunités encore à porter de main avant que ces horizons ne se ferment, eux, peut-être définitivement.  Lire la suite

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2021

     Cher-e-s tou-te-s,
   Le maître-mot de l’année qui vient de s’achever c’est : Zoonose(s). Car il ne faut pas se leurrer. Le coronavirus n’est qu’un phénomène très visible d’une réalité que l’ensemble de notre civilisation continue d’ignorer sciemment : celle de l’exploitation animale à tous les niveaux. Il est bon de rappeler que toutes les maladies humaines sont apparues avec « l’invention » de l’élevage. Qu’est-ce qui a décimé les peuples d’Amérique Centrale après l’arrivée de Christophe Colomb plus que l’épée et le mousquet ? Les maladies qu’on avait en Europe et emmenées avec soi à bord des navires. Les améridien-ne-s n’y étaient pas immunisé-e-s. Eh oui : ils chassaient ponctuellement […], mais ne connaissaient pas la promiscuité de la domestication des animaux. La CoVid ? Une opportunité de réflexion collective qui n’a pas eu lieu, tellement il est plus simple d’élaborer des théories stupides du complot, …d’avoir des pensées magiques et suivre des gourous,  de continuer à consommer de la chair animale, du foie gras aux fêtes, et de s’en torcher le cul avec du papier toilette (si on avait été le plus rapide dans les rayons du supermarché)…
   Pour le coup, 2020 aura été une année noire pour l’éthique animale, puisque confiné-e-s, nous n’avons pas pu faire de marches, de conférences, le travail des associations a été rendu très difficile, ce fut une perte de temps énorme par rapport au trop peu que l’on parvenait déjà à faire pour les animaux. Aux ennemi-e-s de la cause animale, sachez qu’on n’oublie pas la cause humaine et qu’on sait tout le malheur pour des millions d’entre-nous ayant découlé de cette « crise ».  Et l’on compatit.
Lire la suite

SIDÉRALE BARBAQUE — CRITIQUE DU LIVRE « VIANDE » DE NOËLLE MICHEL — NOIR POLAR AUX CONFINS DU SPÉCISME

CRITIQUE DU LIVRE « VIANDE » DE NOËLLE MICHEL — NOIR POLAR AUX CONFINS DU SPÉCISME

 

« Il s’arrêta à l’ombre d’un magasin et cligna des yeux. Il regarda dans la devanture. Aperçut de minuscules créatures dans une cage.   Achetez un bébé de Vénus pour votre enfant, conseillait une pancarte.   Il regarda ces petites créatures à tentacules dans les yeux et y lut l’intelligence en même temps qu’une détresse implorante. Il passa son chemin, honteux de ce qu’une espèce était capable de faire subir à une autre »
p.154 in « Frère de la machine » dans Nouvelles 1. 1950 – 1953, Richard Matheson

 

« Elle transpirait là, la magie humaine, dans ces bras tendus, dans ce regard implorant, dans ces mamelles arrogantes, dans ces jambes écartées, dans ce ventre offert.   Il lui fallait maintenant sceller sa réconciliation avec son monde. »
p.477 in Les fables de l’Humpur, Pierre Bordage (1999)

 

« Les innocents, ça n’existe pas. Par contre, il existe différents degrés de responsabilité. »
in Millénium, Tome 2 : « La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette » Stieg Larsson (2006)

 

 

   Ouverture du roman Viande : une femme enceinte est séquestrée et torturée. Nous sommes dans un pur thriller, tout du moins à ce moment-là du récit.

   « J’aperçois mon reflet dans les verres de ses lunettes carrées : une montagne de chair blême et flasque, presque impossible à bouger. » (p.9)
   Viande s’avère  être le dernier morceau de bidoche que nous avons dû avaler, invité-e-s par Noëlle Michel, l’écrivaine à qui l’on doit cette rata-là, à la recevoir et la déguster de la première à la dernière bouchée, comprenez : du premier au dernier mot. Et il faut bien reconnaître que c’est avec délectation que nous nous sommes réimprovisé-e-s sarcophages pour engloutir toute cette nouvelle cuisine. Eh bien nous nous sommes plutôt régalé-e-s. Viande est de ce genre de littérature de résistance qu’on ne lâche que lorsque tout est consommé, encore qu’il faille certainement un certain temps pour en faire la digestion. En effet, menée de plus en plus tambour battant, cette histoire ne laisse pas indemne par sa force à vous projeter tant dans la peau de ses personnages que dans la peau de… oh la ! attendez, wait a minute, on ne va pas vous donner toute la recette comme ça. Bon alors, une femme enceinte, de la torture, c’est quoi ce pitch ? À quelle sauce en tant que lecteur-ice-s, Noëlle Michel compte-t-elle nous assaisonner ? Lire la suite