ON MORD LA VIE À PLEINES DENTS NOUS, ET PAS À L’HAMEÇON DU « PLAIDOYER POUR UNE VIANDE SANS ANIMAL » — DAVID CHAUVET ET SA BROCHETTE ARE BACK!

ON MORD LA VIE À PLEINES DENTS NOUS, ET PAS À L’HAMEÇON DU « PLAIDOYER POUR UNE VIANDE SANS ANIMAL »
 
 

 

« Tous les animaux naissent-ils dotés de droits naturels ? Non, bien sûr. »
p.88 in Trois utopies contemporaines — Francis Wolff (2017)
 
 
« Certes, les derniers vestiges du simple bon sens paraissent encore retarder leur triomphe, mais qui peut jurer que demain l’opinion publique ne sera pas prête à réclamer le vote de lois antispécistes calquées sur celles qui répriment le racisme ou l’antisémitisme ? »
p.1342 in Essais — Philippe Murray (2010)
 

 

 
« […] toute espèce a des concurrents, des prédateurs, des parasites, des agents pathogènes qui l’empêchent de pulluler. »
p.53 in Les Limites du vivant (collectif) — Raphaël Larrère (2016)
 
 
 
 
 
 
   Le v’là de retour l’autre espèce de pas assez en danger ! Et même que ça se reproduit à une vitesse folle c’t’espèce, une vitesse telle que nos amis du lobby de la chasse sont obligés de faire une fort belle et bucolique publicité pour dire la beauté de ce noble sport familial — OK : un loisir aussi si vous voulez, le plaisir à l’état pur quoi. Et nous refaites pas la tirade de Dame Nature…, tatata, dès que le soleil darde ses rayons, et nia nia nia. C’est bon, ça suffit les âneries des requins de véganes !
 
plaidoyer...

Lire la suite

MAZEL TOV (מזל טוב) POUR LES ANIMAUX ! — PETITE ÉTUDE DE « UNE VISION DU VÉGÉTARISME ET DE LA PAIX » D’ABRAHAM ISAAC KOOK

MAZEL TOV (מזל טוב) POUR LES ANIMAUX ! — « UNE VISION DU VÉGÉTARISME ET DE LA PAIX » D’ABRAHAM ISAAC  KOOK

 

« Se potessi […] mi riempirei la casa di tutti gli animali possibili. Farei ogni sforzo non solo per osservarli, ma anche per entrare in comunicazione con loro.[1] »
Primo Levi

 

« Il n’est pas surprenant que tuer des êtres vivants pour s’en nourrir pose aux humains, qu’ils en soient conscients ou non, un problème philosophique que toutes les sociétés ont tenté de résoudre. »
Claude Lévi-Strauss in La leçon de sagesse des vaches folles (1996 [lire])

 

« Il est mentionné en dernier pour les créations et en premier pour les sanctions »
(de l’être humain) par Rabbi Nahman (lire)

 

   On connaissait les travaux de David Chauvet publiés chez la remarquable maison d’édition L’Age d’homme (collection V), tels que Taxer la viande, Une raison de lutter ou Contre la mentaphobie, ou bien encore ses traductions diverses comme celle du livre de Steven M. Wise Tant qu’il y aura des cages, sa thèse de doctorat en 2018 Les animaux face au droit naturel : L’égalité animale par-delà la morale ou ses textes juridiques en langue anglaise sur la question animale (voir ici), etc.
   Dire que nous sommes admiratifs de tout ce travail très qualitatif accompli (dont la liste que nous donnons n’est pas exhaustive) est un euphémisme, et c’est assez dire car l’auteur n’est pas en attente de flatteries. Plus récemment, David Chauvet a réalisé la traduction du travail de Rav Jonathan Rubenstein autour des écrits de Rav  Abraham Isaac Kook : Une vision du végétarisme et de la paix. Au-delà de l’unique approche de la question animale au sein du judaïsme que nous avions abordée ici en traduisant le texte Considérations éthiques sur la mise à mort d’animaux, les pratiques idéales casher, les vues religieuses diverses et athéistes sur le végétarisme du spirituel blog américain Kone, Krusos, Kronos, la lecture de Une vision du végétarisme et de la paix est de ce genre d’œuvres qui présentent pour nous un vif intérêt car permettant d’avoir un œil neuf sur les affaires de religiosité sur lesquelles il faut bien le dire nous ne sommes d’ordinaire pas porté-e-s. Grâce à ce livre, je comprends mieux désormais (M.) pourquoi il y a de nombreuses années dans un restaurant avec des collègues, une d’elleux, juive, avait eu pour moi un regard d’admiration lorsque j’annonçai que j’étais devenu végétarien, elle ne l’étant pas. Lire la suite

A FINAL COUNTDOWN ? — LECTURE DE « L’EUROPE DES ANIMAUX » DE PASCAL DURAND ET CHRISTOPHE MARIE  — OU LA DERNIÈRE LECTURE AVANT LA FIN DU MONDE

« L’EUROPE DES ANIMAUX » DE PASCAL DURAND ET CHRISTOPHE MARIE  — OU LA DERNIÈRE LECTURE AVANT LA FIN DU MONDE

 

« […] un jour peut-être les hommes retourneront à la barbarie, un jour la Terre ne sera plus qu’une planète glacée. Dans cette perspective, tous les moments se confondent dans l’indistinction du néant et de l’être. »
p.149 in Pour une morale de l’ambiguïté, Simone de Beauvoir (1947)

 

 « […] la conscience du bien et du mal, n’établit pas, relativement à la moralité, une différence essentielle entre l’homme et les bêtes. »
Pierre-Joseph Proudhon in Qu’est-ce que la propriété ? (1840) cité in Anarchisme et cause animale, p.38 — Philippe Pelletier (2015)

 

« Mais derrière la brillante façade du cirque, ses lumières, ses musiques, ses couleurs et ses paillettes, il y a une réalité sordide : les cages. »
p.250 in Le propre de l’homme, Robert Merle (1989)

 

 

   Alors qu’approchent désormais à grands pas les élections européennes, vient de paraître à la très engagée maison d’édition Alma un ouvrage qui tranche un peu dans le paysage littéraire animaliste, il s’agit de L’Europe des animaux. Utiliser le levier politique européen pour la cause animale de l’eurodéputé écologiste Pascal Durand et de Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot. Tous deux nous exposent pourquoi il est important de soutenir le projet européen dans ce qu’il est capable d’engendrer de positif pour la cause animale — et ce intimement lié à un projet social humain dans la droite ligne de l’idée de progrès moral. Alors au lieu de lire le catastrophiste par défaut Plus grand défi de l’histoire de l’humanité d’Aurélien Barrau, notre dernier bouquin avant le grand effondrement ce sera peut-être bien celui de P. Durand et C. Marie. On fera du feu avec pour faire cuire notre soupe de pissenlits radioactive pendant que les humains se boufferont entre eux.

Lire la suite

ET PUIS QUOI ENCORE, DAVID CHAUVET — « TAXER LA VIANDE » — ? — REQUINS DE VÉGANES !

DAVID CHAUVET — « TAXER LA VIANDE » — ? — REQUINS DE VÉGANES !

 

« […] ainsi l’éthique est-elle en passe de devenir le nœud de tous les enjeux à l’égard des politiques qui manquent aujourd’hui le local, la relation immédiate, l’environnement, la reconstitution du tissu social. »
p.65 in Qu’est-ce que l’écosophie ? — Félix Guattari (1992)

 

« […] je ne suis qu’un animal déguisé en madone […] je pourrais te blesser, dans la nuit qui frissonne […] »
La grenade de Clara Lucianni — album « Sainte-Victoire » (2018)

 

« Faible avec la viande, dur avec les animaux. […] Car il faudra bien taxer la viande, et vite. »
p.40, p.26 in Taxer la viande — David Chauvet (2019)

 

 

   C’est à n’en pas croire ses esgourdes ! Non mais qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre ! Taxer la viande ??! Et puis quoi encore, David Chauvet ?! Franchement l’heure est grave. Ami-e-s carnistes, ami-e-s de la bonne chère, dear friends of la grosse mangeaille, d’alanguis aligots et de gros boudins, ami-e-s — oui c’est osé : — décroissant-e-s, ne vous laissez pas faire ! Car ce n’est plus un végane de plus qui vous fait la morale sur le mal que l’on fait aux animaux, ça, passe encore, car après tout c’est vrai, mais enfin faut bien se faire plaisir, on n’est pas sur Terre pour faire attention à quoi que ce soit, qu’on s’amuse, qu’on consomme, qu’on s’dépense, qu’on dé-pense dans l’oubli absolu, le déni… responsable n’est pas coupable alors arrêtez de vouloir nous le faire payer ! Bon Dieu : indignez-vous ! sortez en gilets de sauvetage ! portez des bouées de secours ! fredonnez tra-lala la la la leuh leuleuh les White Stripes ! mais pas une taxe de plus, non de non, ça va saigner c’est nous qu’on vous le dit ! Et l’autre là : « J’espère vous convaincre que vous devriez y réfléchir à deux fois avant de rejeter l’idée d’une taxe sur la viande. » dit-il page 11 de cet insignifiant brûlot antispéciste. Ah l’on vous jure ; à vous en couper l’appétit. Et puis un bon dessin façon Banksy par Mélanie M. Marbach ça ne va pas redorer le blason du bidule.

Lire la suite

L’AUTRE COMME DÉPASSEMENT DE SOI — L’HEUREUX COURIR VIVANT DU VEGAN MARATHON — ALTER-(EGO) : POUR LE RUNNING TOUR DU 1er AU 10 SEPTEMBRE 2017 ET TANT QUE NÉCESSAIRE

L’AUTRE COMME DÉPASSEMENT DE SOI — HEUREUX COURIR VIVANT DU VEGAN MARATHON — POUR LE RUNNING TOUR DU 1er AU 10 SEPTEMBRE 2017

 

Ainsi puisses-tu épargner à chaque foulée l’impromptue
Innocence d’un animal et devenir un exemple à suivre
Ô simple mortel : voilà un beau sens à la vie

 

« L’hédonisme consiste à goûter l’existence en communiquant avec autrui grâce à ses sensations les plus archaïques et les plus complexes. Il est donc inséparable du respect que l’on a de soi, des autres et de l’environnement. »
p.63 in Les Nourritures, Corine Pelluchon

 

« Nous ne pouvons fonctionner en tant qu’acteurs humains que si nous avons une idée de là où nous devons aller et de ce qui constitue une vie bonne et riche de sens. »
sur Charles Taylor cité par Hartmut Rosa in Aliénation et accélération, p.69

 

 

 

— Seul-e contre tous —
   On ne nous en voudra probablement pas si pour écrire au sujet du Vegan Marathon nous partons, comme toujours direz-vous, un peu « en roue libre », mais c’est dire aussi, le pied léger, bien dans nos baskets, sans même angoisse aucune de se faire tailler un short pour ce qu’il convient bien d’appeler une escapade en solitaire(s) aux antipodes ou anti-piédestaux des routes toutes tracées, et ce afin de prendre la parole qui nous est offerte comme prétexte à pratiquer un de nos sports préféré qui est la course de fonds (grund)… phénoménale ! Pour nous suivre pas besoin de programmation neurolinguistique d’aucune sorte mais juste d’un peu de curiosité pour ce que l’intertextualité peut bien nous dévoiler ayant trait au souffle (pneuma) de l’Être-en-vie puisque, ne le perdons jamais de vue : Vegan Marathon = libération — celle des animaux autant que des humain-e-s.

Lire la suite

CRITIQUE DE LA RAISON PURE ET DIGNE DE RÉSISTER — À PROPOS DU DERNIER LIVRE DE DAVID CHAUVET « UNE RAISON DE LUTTER »

RAISON PURE ET DIGNE DE RÉSISTER — DAVID CHAUVET « UNE RAISON DE LUTTER »

 

« C’est la vie, bien avant la pensée, qui pourvoit le sensible de dimensions, c’est-à-dire de normes sensorielles et motrices mesurant l’apparaître. »
p.238 sur l’organisation du perçu selon Peacoke in L’animal que je ne suis plus — Etienne Bimbenet

 

« Agissons conformément à notre conviction sans nous réfugier derrière le prétexte que, individuellement considérée, notre action est vaine. »
p.98 in La cause des animaux — Florence Burgat

 

« …les tigres et lui sont d’une même essence : la Volonté. »
sur ce que dirait A. Schopenhauer des enfants, à la manière des archétypes de Platon in Manuel de zoologie fantastique — Jorge Luis Borges et Margarita Guerrero

 

« L’homme ferait-il mieux que l’oiseau son nid, mieux que l’araignée sa toile ? »
p.13 in La connaissance de la vie — Georges Canguilhem

 

 

   Depuis que nous avons commencé le blog de K&M Les Veganautes, nous avons chroniqué plusieurs dizaines d’ouvrages traitant de la question animale. La chose s’est faite toute seule, comme qui dirait par la force des choses, et au fil de l’eau, devenant non pas impérative mais essentielle à nos yeux, faisant de nous d’abord des passeurs de messages, des transmetteurs, et à l’occasion peut-être également des émetteurs, profitant chaque fois de l’occasion pour confronter les idées des auteur-e-s à celles d’autres personnes et contextes, aux nôtres aussi, recherche sans cesse réitérée d’éclairer de tous les feux de l’éthique la Vérité du Monde. Car oui cette vérité existe. Et oui, elle est faite de faux-semblants qu’il faut déjouer, et de phénomènes qu’il faut prendre à bras le corps, de réalités enfin qui vous (re)viennent à l’esprit quand l’envie d’être lucide en conscience vous travaille. Parfois l’enthousiasme à le faire a été, disons… moins frénétique, vous l’aurez peut-être remarqué — si vous êtes de nos lecteurs-rices assidu-e-s — car le nombre d’ouvrages consacrés à cette question a considérablement augmenté, au point qu’on s’interroge parfois sur l’opportunisme des certain-e-s auteur-e-s… eh oui : le véganisme, l’antispécisme, la cause animale, c’est vendeur !
   Il est cependant des essayistes qui ne viennent pas de débarquer dans le milieu et dont la sincérité et l’engagement ne donnent pas lieu de douter. C’est le cas de David Chauvet, bien connu pour ses publications et ses conférences consacrées au sort des animaux dans notre société spéciste. Il est l’auteur et le co-auteur de nombreux articles et d’interventions, notamment au sein de la prestigieuse équipe des Cahiers Antispécistes et avec Droits des Animaux.

Lire la suite