HÉRAUTS DES TEMPS POSTMODERNES — SUR « L214, UNE VOIX POUR LES ANIMAUX » DE JEAN-BAPTISTE DEL AMO — UN ARTICLE POUR LES « NON », LES « ANTI », LES « PAS ENCORE » VÉGANES

HÉRAUTS DES TEMPS POSTMODERNES — « L214, UNE VOIX POUR LES ANIMAUX » DE JEAN-BAPTISTE DEL AMO — POUR LES « NON », LES « ANTI », LES « PAS ENCORE »  VÉGANES

 

 

 

« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. »
Article L214-1
In Chapitre IV : La protection des animaux du « Code rural et de la pêche maritime »
(en savoir plus : legifrance)

 

 

« La viande heureuse est un mythe. »
Sébastien Arsac, p.209 in L214, Une voix pour les animaux

 

 

« […] nous pouvons déstabiliser la dictature de la viande et installer une démocratie attentive à tous les êtres sentients. Chaque jour, chez nous. Ensemble dans notre société. »
Brigitte Gothière, p.13 in L214, Une voix pour les animaux

 

 

  Une fois n’est pas coutume, cet article ne présente aucun intérêt pour les véganes et autres antispécistes étant convaincu-e-s du bienfondé de la cause animale et de la libération des animaux. Animalistes, passez votre chemin, ce post s’adresse aux non, aux anti, aux « pas encore véganes », qu’ils soient des consommateurs tout à fait réguliers de produits animaux, ou bien qu’ils travaillent dans ces domaines où l’on charcute à tour de bras qui pour un steak sauce au poivre, qui pour une peau de lapin pour offrir à la maîtresse en maillot de bain, ou qui pour boire son cacao le matin en se rappelant sa tendre enfance, Bonne nuit les petits, Casimir et les Télétubbies — ah… le goût des bonnes choses d’antan. D’accord, mais on n’est plus dans ces temps-là justement.
    Allez, ouste ! — sortez de là les véganes !
   […]

 

 

   Ami-e-s dégustant et vous vêtant d’animaux de toutes sortes, vous devez lire ce livre : L214, Une voix pour les animaux.
   Pourquoi ?

Lire la suite

UN ROMAN FRANÇAIS RÉALISTE — LA RENTRÉE LITTÉRAIRE DE JEAN-BAPTISTE DEL AMO AVEC « RÈGNE ANIMAL »

UN ROMAN FRANÇAIS RÉALISTE DE JEAN-BAPTISTE DEL AMO AVEC « RÈGNE ANIMAL »

 

« C’est une fille », dit-elle.
Il acquiesce et répond :
« Je m’en vais nourrir les bêtes », puis sort pisser dans la nuit.
p.32 in Règne Animal

 

« Pas un toit, pas une âme. Pas même le cri d’un courlis dans les roseaux des marais. Et, sur cette solitude parfaite, brillait un soleil de décembre, clair et glacial. »
in Le grand Meaulnes — Alain-Fournier

 

« Bientôt une sorte de griserie lui vint de toute cette terre remuée, qui exhalait une odeur forte, l’odeur des coins humides où fermentent les germes. »
in La Terre — Émile Zola

 

 

Del Amo Règne Animal NRF   Voilà un roman qui nous parle de notre pays, de la terre de France et sa culture profonde en ses sillons, ses tracés, ses tranchées, de la campagne telle qu’elle fut et n’est plus, telle qu’elle mua et s’emmura dans ce qu’elle est encore. Un territoire post-moderne que continuent de dissimuler autant que faire se peut traditions et propagandes. Pour autant, dire qu’il s’agit d’une littérature de terroir serait peut-être excessif, ou alors dans le sens du roman classique « à l’ancienne » dans la lignée des Sand, Balzac ou Flaubert, Hugo ou Maupassant, Zola ! et pour finir Giono. Et avant tout, un grand roman réaliste, humaniste et animaliste en ce qu’il conjure le lecteur à relire cette glèbe et ses habitants avec à la fois l’œil de l’ethnologue et de l’éthologue. Un roman d’Histoire effondrée dans une de ses localités, car l’histoire des hommes qui s’écrit souvent à leur insu, c’est également celle des animaux qui les accompagnent bon gré mal gré dans leurs vies misérables, furieuses, et dévastées. Lire la suite