ON MORD LA VIE À PLEINES DENTS NOUS, ET PAS À L’HAMEÇON DU « PLAIDOYER POUR UNE VIANDE SANS ANIMAL » — DAVID CHAUVET ET SA BROCHETTE ARE BACK!

ON MORD LA VIE À PLEINES DENTS NOUS, ET PAS À L’HAMEÇON DU « PLAIDOYER POUR UNE VIANDE SANS ANIMAL »
 
 

 

« Tous les animaux naissent-ils dotés de droits naturels ? Non, bien sûr. »
p.88 in Trois utopies contemporaines — Francis Wolff (2017)
 
 
« Certes, les derniers vestiges du simple bon sens paraissent encore retarder leur triomphe, mais qui peut jurer que demain l’opinion publique ne sera pas prête à réclamer le vote de lois antispécistes calquées sur celles qui répriment le racisme ou l’antisémitisme ? »
p.1342 in Essais — Philippe Murray (2010)
 

 

 
« […] toute espèce a des concurrents, des prédateurs, des parasites, des agents pathogènes qui l’empêchent de pulluler. »
p.53 in Les Limites du vivant (collectif) — Raphaël Larrère (2016)
 
 
 
 
 
 
   Le v’là de retour l’autre espèce de pas assez en danger ! Et même que ça se reproduit à une vitesse folle c’t’espèce, une vitesse telle que nos amis du lobby de la chasse sont obligés de faire une fort belle et bucolique publicité pour dire la beauté de ce noble sport familial — OK : un loisir aussi si vous voulez, le plaisir à l’état pur quoi. Et nous refaites pas la tirade de Dame Nature…, tatata, dès que le soleil darde ses rayons, et nia nia nia. C’est bon, ça suffit les âneries des requins de véganes !
 
plaidoyer...

Lire la suite

POUR UNE VIE COMMUNE PLUS JUSTE — « L’ANTISPÉCISME » PAR VALÉRY GIROUX, COLLECTION « QUE SAIS-JE ? » — UN PAS DE CÔTÉ

« L’ANTISPÉCISME » PAR VALÉRY GIROUX, COLLECTION « QUE SAIS-JE ? » — UN PAS DE CÔTÉ

 

 

« Je chante les chiens calamiteux, soit ceux qui errent, solitaires, dans les ravines sinueuses des immenses villes, soit ceux qui ont dit à l’homme abandonné, avec des yeux clignotants et spirituels : Prends-moi avec toi, et de nos deux misères nous ferons peut-être une espèce de bonheur ! »
in « Les bons chiens », Petits poèmes en prose, Charles Baudelaire (1869)

 

« À travers ces barreaux de fer symboliques, l’enfant pauvre montrait à l’enfant riche son joujou, que celui-ci examinait avidement comme un objet rare et inconnu. Or ce joujou que le petit souillon agaçait, agitait et secouait dans une boîte grillée, était un rat vivant ! Les parents par économie, avaient tiré le joujou de la vie elle-même. »
in « Morale du joujou », Le Monde littéraire, Charles Baudelaire (1853)

 

« J’entrai alors dans une porcherie
où je m’allongeai au milieu des porcs »
William Blake (1757-1827) in Poetry and Prose
cité par G. Bataille (La littérature et le mal — 1957)

 

 

   L’autre jour l’humaniste passionné de bioéthique, voyant que je lisais le « Que sais-je ? » n°4142 écrit par Valéry Giroux et publié aux PUF, a cherché à me convaincre de l’infondé de cet antispécisme qu’il juge assez dangereux pour les droits humains. C’était entre deux bureaux, pour ainsi dire sur un seuil en berge d’un petit couloir de sous-sol, et notre discussion fut aussi animée que brève, contradictoire que passionnée, et il ressort — à mon humble avis — que peu de choses diffèrent entre son humanisme et le mien.

Lire la suite

ET PUIS QUOI ENCORE, DAVID CHAUVET — « TAXER LA VIANDE » — ? — REQUINS DE VÉGANES !

DAVID CHAUVET — « TAXER LA VIANDE » — ? — REQUINS DE VÉGANES !

 

« […] ainsi l’éthique est-elle en passe de devenir le nœud de tous les enjeux à l’égard des politiques qui manquent aujourd’hui le local, la relation immédiate, l’environnement, la reconstitution du tissu social. »
p.65 in Qu’est-ce que l’écosophie ? — Félix Guattari (1992)

 

« […] je ne suis qu’un animal déguisé en madone […] je pourrais te blesser, dans la nuit qui frissonne […] »
La grenade de Clara Lucianni — album « Sainte-Victoire » (2018)

 

« Faible avec la viande, dur avec les animaux. […] Car il faudra bien taxer la viande, et vite. »
p.40, p.26 in Taxer la viande — David Chauvet (2019)

 

 

   C’est à n’en pas croire ses esgourdes ! Non mais qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre ! Taxer la viande ??! Et puis quoi encore, David Chauvet ?! Franchement l’heure est grave. Ami-e-s carnistes, ami-e-s de la bonne chère, dear friends of la grosse mangeaille, d’alanguis aligots et de gros boudins, ami-e-s — oui c’est osé : — décroissant-e-s, ne vous laissez pas faire ! Car ce n’est plus un végane de plus qui vous fait la morale sur le mal que l’on fait aux animaux, ça, passe encore, car après tout c’est vrai, mais enfin faut bien se faire plaisir, on n’est pas sur Terre pour faire attention à quoi que ce soit, qu’on s’amuse, qu’on consomme, qu’on s’dépense, qu’on dé-pense dans l’oubli absolu, le déni… responsable n’est pas coupable alors arrêtez de vouloir nous le faire payer ! Bon Dieu : indignez-vous ! sortez en gilets de sauvetage ! portez des bouées de secours ! fredonnez tra-lala la la la leuh leuleuh les White Stripes ! mais pas une taxe de plus, non de non, ça va saigner c’est nous qu’on vous le dit ! Et l’autre là : « J’espère vous convaincre que vous devriez y réfléchir à deux fois avant de rejeter l’idée d’une taxe sur la viande. » dit-il page 11 de cet insignifiant brûlot antispéciste. Ah l’on vous jure ; à vous en couper l’appétit. Et puis un bon dessin façon Banksy par Mélanie M. Marbach ça ne va pas redorer le blason du bidule.

Lire la suite

L’INSOUTENABLE LÉGÈRETE D’ÊTRE LIBRE POUR LES ANIMAUX — BRÈVE PENSÉE D’APRÈS LECTURE DE « LA RÉVOLUTION ANTISPÉCISTE » AUX PUF — SENTIENTISME

L’INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ D’ÊTRE LIBRE POUR LES ANIMAUX — D’APRÈS LECTURE DE « LA RÉVOLUTION ANTISPÉCISTE » AUX PUF

 

 

« Le véritable test moral de l’humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu’il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. »
p 421 in L’insoutenable légèreté de l’être, Milan Kundera (Gallimard, 1984)

 

« […] n’aurions-nous pas quelque part un devoir de justice envers ces milliards d’êtres qui peuplent l’univers avec nous ? »
Renan Larue, p.10 in « Introduction » à La Révolution Antispéciste

 

«  Les changements visés ont un coût faible pour la plupart des humains tout en épargnant une somme de malheur considérable aux bêtes […] »
Estiva Reus, ibid., p.250

 

« Antispéciste ne baisse pas les bras !
Quand tu repenses à tous ces sévices… »
« Antispéciste » par Kreezy R, d’après Antisocial de Trust

 

 

 

   Étant donné que l’ouvrage collectif intitulé La Révolution Antipéciste — édité aux Presses Universitaires de France s’il vous plait ! et dirigé par Yves Bonnardel, Thomas Lepeltier et Pierre Sigler est un recueil de textes choisis parmi les publications des célèbres Cahiers Antispécistes, ne comptez pas sur nous pour vous raconter le bouquin par le détail. Et puis quoi ? Ce n’est pas comme si vous ne saviez pas que le mot de spécisme a été inventé en 1970 par Richard Ryder par analogie avec les termes racisme et sexisme[1]. Pas non plus comme si vous ignoriez que l’Humanisme et l’idée de Nature sont battues en brèche par l’antispécisme[2].
   L’humeur est plus à la confidence, vous toucher deux mots sur comment l’on se sent en ce moment. Après tout, on parle souvent ici de faits et de concepts, parfois de chiffres, on relate des événements, mais il est bien rare qu’on vous décrive ce qu’on ressent et ce que cela nous inspire.

Lire la suite

VIVA THE MONTREAL SCHOOL — GO VEGAN AVEC VALÉRY GIROUX & RENAN LARUE — DU QUE SAIS-JE ? N°4068 « LE VÉGANISME »

 

 GO VEGAN AVEC VALÉRY GIROUX & RENAN LARUE — DU QUE SAIS-JE ? « LE VÉGANISME »

 

(De Pythagore) « Le maître de Samos renonce également à prédire l’avenir en examinant les entrailles des victimes immolées. Mais puisqu’il ne souhaite pas renoncer à la divination, il élabore une mantique basée sur des calculs mathématiques. »
p.32 in Le végétarisme et ses ennemis, Renan Larue

 

 

(De la zoopolitique) « Le retard français a des raisons philosophique (l’humanisme métaphysique), culturelle (gastronomie, corrida) et politique (le poids des lobbies). »
pp.105-106 in L’éthique animale, Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

 

 

 

 

   Du véganisme qui, en tant qu’engagement éthique et politique, occupe le plus clair de votre temps, vous pourriez vous poser la question suivante : « Que sais-je ? »
   Car en effet, si lire nombre d’ouvrages traitant de l’éthique animale, de l’éthologie, de la zoopolitique, de l’antispécisme et de la convergence des luttes, est éminemment instructif, donne à réfléchir et conforte dans votre position, il n’est pas toujours aisé de répondre de façon claire et concise à qui vous poserait la question : mais le véganisme c’est quoi ? C’est que finalement, pour répondre à « qu’est-ce que c’est que » il vaut mieux d’abord savoir pour soi ce qu’on en sait. Lire la suite