VÉGANOSOPHIA — ÉCOLOGIE : ÉCONOMIE DU VIVANT ET NORMATIVITÉ (CHÔRA)

VEGANOSOPHIA 

Nihil animali a me alienum puto
  « L’objectif des veganosophia réside, dans le croisement de données et l’intertextualité ainsi produite, dans la volonté de poursuivre le questionnement philosophique fondamental du véganisme contre l’exploitation animale. Chaque partie publiée est susceptible d’être augmentée, développée ultérieurement à sa mise en ligne, ou prolongée de manière directe ou indirecte dans d’autres textes « véganosophiques ». »

 

VÉGANOSOPHIA — ÉCOLOGIE : ÉCONOMIE DU VIVANT ET NORMATIVITÉ

 

— CHÔRA —

 

   Parce qu’en tant que défenseurs des droits des animaux — dans la théorie jusqu’à ce que la pratique suive, et ce constituant notre utopie zoopolitique : un dessein qui, si atteint, sera toujours à préserver tels les droits accordés aux humains par eux-mêmes (et malgré ou contre eux-mêmes[1]) —, un essai datant de 1992 a attiré notre attention, et son contenu s’est avéré intéressant au-delà de nos espérances. Il s’agit de Le nouvel ordre écologique de Luc Ferry. Le philosophe s’y montre alors très au fait, non seulement de la question écologique telle que débattue dans la dernière décennie du XXe siècle et ses prémisses, mais tout autant de ce qui faisait et fait encore de nos jours (plus encore) débat et qui est intimement lié à l’écologie : la question de la condition animale. Lire la suite