POTAGER AN II. ÉCO-STRESS. PROBLÈME DE L’EAU.

POTAGER AN II. ÉCO-STRESS. PROBLÈME DE L’EAU.

 

 

 Potager
   Salut à tou.te.s !
  L’an dernier, après notre arrivée en Bourgogne, nous avons démarré un potager. Hélas, comme la saison printemps-été 2021 s’est avérée très pluvieuse et plutôt froide, il aura été difficile d’obtenir de belles récoltes. Cette année, nous avons commencé de travailler le potager au mois de mars en ayant pris soin de l’amender et de le pailler durant tout l’hiver. Puis, agrandissement ou regroupement des parcelles, désherbage, grelinage, apport de composts, de purin d’ortie maison, réchauffement du sol et enfin mise en place de carrés potagers et de mini serres du commerce ou fabriquées avec ce que nous avions sous la main. Courant mars, K. s’est occupée de faire quelques semis (haricots, courgettes, tomates, salades, cornichons, concombres). Lire la suite

7 ANNÉES DE BLOG — UN BILAN DE L’ÂGE DE RAISON ? — TOUT CE QU’ON PENSE DE LA MOUVANCE ANIMALISTE À CE JOUR

   7 ANNÉES DE BLOG — UN BILAN DE L’ÂGE DE RAISON ?

 

 

« […] l’homme est le seul animal qui refuse d’être ce qu’il est. »
cité par André Benhaïm p.225 in Zoopoétique. Revue des sciences humaines, n°328 (décembre 2017). Cf. Cave felem, Camus et “le règne prochain des chats” (en réf. aux Carnets d’Albert Camus [avril 1948], IV, p.1123).

 

 

Cher.e.s tout.e.s
   Le mercredi 23 mars, nous autres avons fêté le septième anniversaire de notre blog K&M Les Veganautes. Eh oui ! le temps passe sacrément vite. En sept années il s’en est passé des choses dans notre vie et dans le monde. En ce qui concerne la cause animale, « aussi » disons, mais enfin… pas de quoi fouetter la queue d’un chat. Ça tombe bien, on ne leur veut pas de mal aux chats, pas plus qu’aux autres animaux. Tout ça pour dire qu’on n’a rien fêté du tout pour le coup. En plus, le contexte géopolitique étant ce qu’il est, on est inquiet.e.s pour les animaux des zoos d’Ukraine comme à Kiev, autant que pour ce qui arrive au malheureux peuple ukrainien. C’est qu’on en regretterait nos récents successifs confinements !
   Sept années de blog donc. Vu qu’on a énormément espacé nos publications ces derniers mois, cela méritait tout de même, pour nos fidèles abonné.e.s WordPress comme pour celleux qui nous ont suivi.e.s sur les réseaux sociaux, quelques petites remarques et mises au point. Ci-dessous nous donnons les noms des personnes volontairement publiques et pour les autres seulement leurs initiales ou masquons le nom de famille. Bien, on va tenter de vous la faire pas trop longue et dans l’ordre à  peu près chronologique. Let’s go — shinny vegan people ! Lire la suite

À GAUCHE TOUTE ESSENTIELLEMENT ! — PRÉSENTATION DE « CAUSE ANIMALE, LUTTES SOCIALES » PAR ROMÉO BONDON ET ELIAS BOISJEAN

PRÉSENTATION DE « CAUSE ANIMALE, LUTTES SOCIALES » PAR ROMÉO BONDON ET ELIAS BOISJEAN

 

« L’écologisme utilise l’écologie comme le levier d’une critique radicale de cette civilisation et de cette société. Mais l’écologie peut aussi être utilisée pour l’exaltation de l’ingénierie appliquée aux systèmes vivants. »
p.270 in Écologie et Politique. Écologie et Liberté, Michel Bosquet (André Gorz)

 

« Cette division des humains en « nous » et en « eux » — leur juxtaposition et leur antagonisme — a été, tout au long de l’histoire de l’espèce, un trait caractéristique inséparable du mode humain d’être-au-monde. »
p.49 in L’âge de la régression, dirigé par Heinrich Geiselberger (« Des symptômes en quête des objets et d’un nom » par Zygmunt Bauman)

 

« La cause animale n’est pas essentiellement de gauche. »
David Chauvet, tribune parue sur Marianne.net le 29 juillet 2021

 

 

 

   Au mois d’avril 2021 est paru chez l’éditeur indépendant le passager clandestin, un superbe recueil de textes représentatifs de l’engagement de gens de gauche notamment pour la cause animale, du XIXe siècle à l’avant seconde guerre mondiale. Sur la page de la maison d’édition on trouve que c’est : « Un livre qui explore les racines socialistes et libertaires des mouvements de défense des animaux. »
  Qu’on se le dise tout de suite car c’est la vérité : la cause animale touche des humain.e.s de toutes obédiences, politiques, apolitiques, religieuses ou athées, et dans tous les pays du monde. Toutefois, à l’heure actuelle en France, et à moins de ne pas avoir la télévision, internet ou même encore la radio, et de ne pas lire les journaux, on ne saurait ne pas avoir remarqué ce qu’on peut appeler une tendance forte à la droitisation de la société, droitisation d’origine néolibérale ayant pour fonction d’exploiter à bon compte une culture-marketing du greenwashing (écoblanchiment) et pour ordonnée la question critique du choc culturel entre Occident et Orient, l’un en voie de régression morale et l’autre peinant à progresser en modernité — où est sans cesse réactivé le ressentiment xénophobe et son cortège de théories « politiques » anticosmopolites mettant à la fois à la marge la question du changement climatique et celle de la condition animale. D’un certain point de vue, le Parti Animaliste fondé en 2016 a réussi son pari de neutralité : que les autres partis, plus anciens, connus et plébiscités par les votant.e.s, s’emparent de la question animale. Il les force littéralement (et c’est une remarquable réussite) à prendre en considération la condition animale tel que cela n’avait jamais eu lieu auparavant. D’un autre côté, le monothématisme du PA tend à mettre à l’écart la question sociale comme si un humain qui vote ne le faisait pas depuis sa propre condition dans la société, et peut-être plus encore comme si notre rapport aux animaux n’était pas consubstantiel à la structure même de notre civilisation, de ses usages techniques sur le monde et ses cohabitant.e.s et des possibilités ou non, pour les humain.e.s, de s’y émanciper et de travailler chacun.e à son niveau à toutes améliorations souhaitables des conditions de vie pour tou.te.s. Comme l’écrivent avec pertinence Roméo Bondon et Elias Boisjean, les auteurs de Cause animale, luttes sociales, aujourd’hui un constat s’impose : si le mouvement animaliste est politiquement hétéroclite, les formations favorables à l’émancipation humaine et à une juste répartition des richesses marchent en ordre dispersé quant à la manière d’appréhender notre rapport aux animaux[1].
   Pour l’intérêt fondamental des animaux à ne pas être exploités ni souffrir du traitement qui leur est réservé par les êtres humains, cela ne change rien en effet que leurs défenseur.se.s soient de droite, du centre, de gauche, qu’iels désirent aider leurs prochains à la dérive depuis la Syrie, l’Irak ou l’Afghanistan entre autres — enfin que les Droits de l’Homme soient respectés en somme et qu’on fasse preuve d’égard pour nos semblables — ou qu’iels ressassent les antiennes maurassienne ou lepeniste, bref qu’iels entretiennent par peur personnelle ou conviction hallucinée les affres du phénomène de la colonisation-décolonisation, pensent qu’il suffit de libérer les animaux tout en soutenant les formes de rancœurs et racismes dont nos sociétés sont toujours extrêmement imbibées, pour que la vie sur Terre soit agréable. Cependant, à l’heure hypermédiatique où se font face d’étranges hybridations politiques dans un melting-pot du socius bien plus important et complexe, donc retord, qu’on ne veut bien le dire, avec d’un côté des réactionnaires globalisants et des progressistes séparatistes, et où l’on revendique haut et fort pour le féminisme, l’antiracisme, l’écologie, etc., il faut bien remarquer, comme le disent Bondon et Boisjean, que pour indépassable et structurante que soit la question de classe, elle n’explique pas, à elle seule, l’entièreté des dominations à l’œuvre au sein de la société[2]. Pour preuve ce qu’avancé par David Chauvet l’été dernier comme quoi « Certains, comme Éric Zemmour ou Philippe de Villiers, ont pu déplorer qu’il n’y ait pas d’écologie de droite, qu’on abandonnât la préservation de l’environnement à la gauche écologiste », ainsi que « Si la droite est le plus souvent hostile à la cause animale, les Français, quant à eux, lui sont massivement favorables. » ; D. Chauvet soulignant qu’on dénombre bien moins de sympathisant.e.s de gauche que de personnes se déclarant en faveur du bien-être animal, mais enchaînant sans cette fois-ci écrire explicitement à qui (ou quel parti[3]) il fait référence en tançant que « Lorsque la gauche croit manifestement pouvoir s’appuyer sur l’écologie ou la cause animale pour nous faire avaler son wokisme […] » on laisserait grandir « […] l’insécurité culturelle de notre pays, en particulier lorsqu’on voudrait saper son identité universaliste au profit du communautarisme ou d’un racialisme d’importation américaine. ». Voilà une tribune qui à la fois ne mâche pas ses mots mais demeure, hélas, trop équivoque pour qu’on sache vraiment de quel côté le cœur de David Chauvet balance — en dehors bien sûr de son indéfectible engagement pour les animaux qu’il défend depuis des années, sur le terrain, en association puis via des ouvrages forts instructifs et bienvenus.
   Toutefois, on s’interroge, pour ne pas dire qu’on est pantois. Si la libération animale nous semble être une évidence souhaitable, on se demande à quoi elle servirait, et pour les animaux et pour les humains, si nous continuions nos guéguerres, nos concurrences effrénées au détriment de l’équilibre planétaire et des conditions de travail et de vie de tou.se.s. C’est là qu’il faut se rappeler que les fameux acquis sociaux qui restent aujourd’hui encore vraiment justes des minimas éthiques sont des choses qui ont été farouchement obtenues dans les barricades et les manifestations, que des femmes et des hommes ont payé de leur vie pour nous autres. Roméo Bondon et Elias Boisjean convoquent l’impeccable Louise Michel qui partageait avec ses conscrit.e.s de l’époque de savoir aussi bien écrire qu’elle était sincère et avant-gardiste dans ses engagements moraux et politiques : « […] Louise Michel rend possible et pensable, dès les années 1880, une pensée de l’émancipation intégrale, autrement dit articulée : les travailleurs et travailleuses, les femmes, les colonisé.es, et les animaux ne sauraient être exploités, dominés et massacrés plus encore. » (op. cit. p.23) On aura donc beau jeu de vilipender celleux qu’on espère conspuer en les traitant d’ismalo-gauchistes, force est de constater que Franz Fanon n’avait pas tort : « [L]e langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. » (cité in op. cit. p.25[4]) On renvoie vers les travaux de Pierre Serna concernant ce point (et connexes, voir La politique sexuelle de la viande de Carol Adams et Le loup et le musulman de Ghassan Hage).
   Comme nous l’évoquons pour notre part dans certains de nos articles ou véganosophia, c’est parce que tout est lié qu’il convient de penser la « destruction du racisme », l’exploitation économique des « énergies fossiles depuis le XIXe siècle », « l’extractivisme », le « réseau de transport mondialisé » (cf. la pandémie de Covid-19 entre autres) et bien entendu l’« érosion actuelle de la biodiversité mondiale » comme nous y invitent Bondon et Boisjean. D’autre part, il faut prendre garde à ne pas commettre un péché d’orgueil qui, tel que formulé par les penseurs influents de l’antispécisme français actuel, jette le bébé écologiste avec l’eau du bain au seul argument qu’uniquement la souffrance individuelle des animaux (de rente, domestiques ou sauvages) compte, car en effet si la disparition des espèces en soi n’est pas une question pour les antispécistes tandis que l’écologie classique la dénonce à cause d’un possible manque de ressources à venir pour les humain.e.s, cette disparition correspond pourtant bel et bien chaque fois à des souffrances individuelles pleinement subies et ressenties, sans compter qu’on n’est pas capables de mesurer le mal causé aujourd’hui et demain à tous les animaux encore existants vivant en interrelation avec ceux qui disparaissent. Pour Bondon et Boisjean on peut également s’engager pour un socialisme résolument écologiste et animaliste : « Rares sont les théoriciens et théoriciennes antispécistes qui avancent un raisonnement logique les conduisant à promouvoir une réduction générale de la souffrance animale tout en considérant les menaces pourtant réelles d’une sixième extinction de masse. » (op. cit. p.29[5]).
   Pour finir à propos de ce recueil composé de textes de Charles Gide, Marie Huot, Louise Michel, Octave Mirebeau, Elisée Reclus, Louis Rimbault, Séverine, Léon Tolstoï, Georges Butaud, Sophie Zaïkowska, Ernest Cœurderoy et Henry S. Salt , nous vous partageons quelques extraits des femmes et des hommes qui ont pensé la cause animale et les luttes sociales ensemble dans un passé pas si lointain, et qui constitue, à notre sens, le noyau dur d’une zoopolitique contemporaine qui, sans attendre, à encore fort à faire pour les animaux et les êtres humains[6]. Pour savoir où l’on va, dit-on, il faut s’avoir d’où l’on vient.
Roméo, Elias ; merci Messieurs.

 

 

K&M

 

 

Ernest Cœurderoy (1825-1862)
« […] il n’est pas de peuple supérieur, inférieur ou égal aux autres ; mais que tous sont différents et que l’harmonie de l’ensemble résulte de ces diversités. » « Dans cette lutte, une dizaine de bouchers assommeront le pauvre animal, et Dieu sera du côté des coupables. Quant à ces petites bourgeoises, vêtues en châtelaines, elles vous appartiendront, comme à d’autres, si vous pouvez les payez. » « Que me veulent ces hommes ? Que leur ai-je fait, et pourquoi me harceler ainsi ? […] Et quand finira ce long supplice ? » « Oh les hommes ! les lâches, ils disent que les animaux n’ont pas d’âme ! Et les voilà qui répondent aux derniers mugissements de la bête par de grands éclats de rire ! »
Louise Michel (1830-1905)
« Depuis la grenouille que les paysans coupent en deux, laissant se traîner au soleil la moitié supérieure, les yeux horriblement sortis, les bras tremblant, cherchant à s’enfouir sous la terre, jusqu’à l’oie dont on cloue les pattes, jusqu’au cheval qu’on fait épuiser par les sangsues ou fouiller par les cornes des taureaux, la bête subit, lamentable, le supplice infligé par l’homme. »

Marie Huot (1846-1930)
« […] le public parisien venir assister à des expériences in anima vili. »
Elisée Reclus (1830-1905)
« […] magasins de chair ambulante qui se meuvent avec peine du fumier à l’abattoir. » « On connait le sort de l’autruche et du bison, on prévoit celui du rhinocéros, de l’hippopotame et de l’éléphant. » « Lorsque notre civilisation, férocement individualiste, divisant le monde en autant de petits Etats ennemis qu’il y a de propriétés privées et de ménages familiaux aura subi sa dernière faillite […] lorsque les naturalistes enthousiastes nous auront révélé tout ce qu’il y a de charmant, d’aimable, d’humain et de souvent plus qu’humain dans la nature des bêtes […] véritables compagnons. » « Mais à l’égard des animaux, la morale n’est-elle pas également élastique ? » « Ce monstrueux abus disparaîtra. »

 

 

Léon Toltoï (1828-1910)
« […] le loup pouvait dire avec la même justesse : qu’en mangeant des lièvres il sauvait des insectes avalés dans l’herbe, le lièvre pouvait résonner de même, et les insectes à leur tour […]. »

 

 

Henry Salt (1851-1939)
« L’émancipation de l’homme entraînera avec elle celle des animaux. » « Ainsi, l’influence indirecte des principes végétariens sur la mise en place d’un plan de réforme sociale est immense. Un régime alimentaire épuré et éclairé, fondé sur les produits strictement nécessaires, dispose presque immédiatement l’esprit de ceux qui le pratiquent à des comportements également simples et altruistes. »

 

 

Louis Rimbault (1877-1949)
« Ce n’est pas parce qu’on est menacé d’invasion par les pigeons et les taureaux qu’on organisent les tirs aux pigeons et les corridas. »

 

 

Vers la maison d’édition…

 

Sur Roméo Bondon, cliquez ici
Sur Elias Boisjean, bah cliquez aussi « ici » mais

 

 

   [1] Op. cit. p.18.
   [2] Ibid., p.21.
   [3] On déduit : Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise.
   [4] Dans Les damnés de la terre. Les auteurs ajoutent, pp.26-27 à propos de l’apparition du « véganisme noir » : « S’il s’avère indispensable de s’élever contre la moindre opération d’animalisation d’une population, comment ne pas voir qu’elle est rendue possible par la dépréciation initiale de l’animal ? »
   [5] Ils citent en exemple inverse la position de l’animaliste, antispéciste et écologiste Jean-Marc Gancille, et nous font savoir que « […] l’écologue Elise Huchard, fait cas, sur le plan éthique, d’une réconciliation entre individualisme antispéciste et holisme écologiste, en prônant humilité et discrétion pour sauvegarder l’autonomie et l’indépendance des animaux sauvages au sein de milieux protégés. »
   [6] Citations extraites, dans l’ordre, du recueil de Roméo Bondon et Elias Boisjean, p.39, 43, 61, 73, 107-108, 108, 111, 119, 136, 161, 166, 170, et p.230.

« FISH & NOUS LA PAIX » — FOLK SONG ANIMALISTE

Screen Fish song
     Cher-e-s tou-te-s,
   En 2016, notre amie Catherine Hélayel, autrice de Yes Vegan (ouvrage précurseur en France concernant l’engagement dans le véganisme), travaillait à l’écriture d’un essai sur la cause des poissons, jusqu’alors un peu les grands oubliés de la cause animale. Hélas, ce livre n’a pas pu voir le jour.
   Dans nos discussions d’alors, le titre « Fish et nous la paix » (appréciez le jeu de mot !) nous est venu, et par la suite, l’idée d’un texte et d’une musique pour une chanson. La personne à qui nous avions à l’époque proposé d’interpréter cette chanson n’ayant pas pu donner suite, on s’y est collé.e.s tardivement. D’abord enregistrée via un pc avec juste une guitare et les voix, nous avons toujours eu envie d’en faire quelque chose d’abouti. Cela a pris du temps. En effet, même si durant quelques années il y a longtemps nous avions un groupe de rock et avons fait de très modestes concerts, nous étions passé.e.s à autre chose et nous étions séparé.e.s de tous nos instruments et matériels excepté une guitare acoustique.
   Désormais, l’envie musicale est un peu revenue, et avec elle une guitare électrique, et surtout dorénavant il existe en ligne sur le net des outils tout à fait corrects pour réaliser ce genre de projet — pensez donc qu’on s’est même aidé d’un smartphone ! nous qui n’avions pas de portable il y a encore un an…
Lire la suite

LE POTAGER, OU LA CULTURE VÉGANE PERMANENTE

   Salut !
  Ça fait un bail qu’on n’a pas fait de billet d’humeur sur le blog. Remarquez, depuis quelques mois, nous publions généralement beaucoup moins que fut un temps. Y a-t-il une bonne raison à cela ? Eh bien, bonne on ne sait pas mais la raison la voilà : depuis août 2020 nous avons « travaillé » à concrétiser un projet de déménagement — le choix d’un changement de vie mûrement réfléchi depuis plus de 15 ans ! Du coup, bah vous ne nous verrez plus aux vegan places parisiennes, aux marches contre les abattoirs partant de la place de la République, aux Veggie Pride à Stalingrad et… wait : c’est pas très vrai. Pour la plupart vous nous avez croisé.e.s sans nous voir, vu qu’on ne s’affiche pas. Donc vous ne nous croiserez plus sans nous voir, notre changement de vie signifiant que l’on va — encore moins qu’avant, c’est dire ! — « courir partout ». Pour celleux qui l’ignoraient, nous avons vécu ensemble dans la banlieue est de Paris durant 21 ans, et nous sommes depuis quelques semaines installé.e.s en Bourgogne. Ce « retour aux sources », c’est celui de notre exode urbain dans le but d’épouser pleinement la vie simple que nous avons toujours menée. Nous n’appliquerons ni décroissance ni autonomisme ou survivalisme car nous avons un crédo bien moins égo-typique et n’aspirons qu’à occuper en ce bas-monde une place humble, comme qui dirait discrète, et c’est avec l’enthousiasme des gens réalistes (ni optimistes, ni pessimistes quoi), que nous commençons à mettre en œuvre la voltairienne devise — et cette fois-ci très littéralement : Il faut savoir cultiver notre jardin. C’est aussi plus exactement au potager que nous travaillons désormais. Bien entendu, nous ne délaissons pas notre grand intérêt pour les arts comme la littérature, la peinture ou la musique, et la défense de la cause animale, mais quel ravissement que de voir pousser nos légumes après avoir bien greliné, bêché, biné, butté, semé, arrosé, paillé, composté, etc.
   Comme rien ne se passe vraiment jamais comme prévu, ce changement de vie aura connu quelques aléas, avec au premier chef les inconvénients d’être reconfiné.e.s en plein dans nos recherches. Quand on pense que le coronavirus est dû à l’exploitation animale et qu’on est véganes, on a parfois été bien frustré.e.s par la situation. Mais dans ce monde où le climat également est en grand changement, il faut relativiser et profiter du bien qu’on peut encore en tirer tout en sachant qu’il ne doit rien à l’usage d’autrui, non-humain.e.s ou humain.e.s. Bref, après le poids des mots le choc des photos. Nous voulions, pour remercier tou.te.s celleux qui ont la gentillesse de nous suivre depuis plus de 6 ans sur le blog pour certain.e.s d’entre vous, vous donner de terre-à-terre et bonnes nouvelles comme… nos premières pommes de terre. Ce n’est pas à proprement parler de la permaculture parce qu’on n’a pas encore étudié toute la méthodologie, toutefois c’est 100% naturel et surtout 100% végane. Et les escargots de Bourgogne peuvent à nos côtés vivre tranquilles.
Bien à vous,
K&M

P1020352

P1020351

P1020337

P1020343

P1020335

P1020339

P1020346

P1020338

P1020340

P1020341

P1020361

P1020354

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2021

     Cher-e-s tou-te-s,
   Le maître-mot de l’année qui vient de s’achever c’est : Zoonose(s). Car il ne faut pas se leurrer. Le coronavirus n’est qu’un phénomène très visible d’une réalité que l’ensemble de notre civilisation continue d’ignorer sciemment : celle de l’exploitation animale à tous les niveaux. Il est bon de rappeler que toutes les maladies humaines sont apparues avec « l’invention » de l’élevage. Qu’est-ce qui a décimé les peuples d’Amérique Centrale après l’arrivée de Christophe Colomb plus que l’épée et le mousquet ? Les maladies qu’on avait en Europe et emmenées avec soi à bord des navires. Les améridien-ne-s n’y étaient pas immunisé-e-s. Eh oui : ils chassaient ponctuellement […], mais ne connaissaient pas la promiscuité de la domestication des animaux. La CoVid ? Une opportunité de réflexion collective qui n’a pas eu lieu, tellement il est plus simple d’élaborer des théories stupides du complot, …d’avoir des pensées magiques et suivre des gourous,  de continuer à consommer de la chair animale, du foie gras aux fêtes, et de s’en torcher le cul avec du papier toilette (si on avait été le plus rapide dans les rayons du supermarché)…
   Pour le coup, 2020 aura été une année noire pour l’éthique animale, puisque confiné-e-s, nous n’avons pas pu faire de marches, de conférences, le travail des associations a été rendu très difficile, ce fut une perte de temps énorme par rapport au trop peu que l’on parvenait déjà à faire pour les animaux. Aux ennemi-e-s de la cause animale, sachez qu’on n’oublie pas la cause humaine et qu’on sait tout le malheur pour des millions d’entre-nous ayant découlé de cette « crise ».  Et l’on compatit.
Lire la suite

À PROPOS DES MÉTHODES SUBSTITUTIVES À  L’EXPÉRIMENTATION ANIMALE

À PROPOS DES MÉTHODES SUBSTITUTIVES À  L’EXPÉRIMENTATION ANIMALE

 

 

« Pourquoi ce qui serait intolérable pour l’espèce humaine serait tolérable pour d’autres espèces ? »
p.217 in Profession : Animal de Laboratoire — Audrey Jougla

 

« L’animal est une métaphore quand on pense avec lui la structure sociale, une métonymie qui représente l’humain quand il l’utilise. »
(d’après Claude Lévi-Strauss) p.118 in La douleur des bêtes — la polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France — Jean-Yves Bory

 

« La souris est un animal qui, tué en quantité suffisante et dans des conditions contrôlées, produit une thèse de doctorat. »
— Woody Allen

 

I
Hermès, Descartes, Claude Bernard & la Science
    Au sacrifice antique d’Iphigénie, Artémis lui substitue au dernier instant sur l’autel, une biche — pour la préserver de la folie des hommes. Symboliquement, cet échange mythologique peut signifier la fin des sacrifices humains et l’élévation de la Cité par l’arrêt du cannibalisme désormais remplacé par la chair animale, autre consumation carnée.
Détail - Bertholet Flemalle (1641-1675), Le sacrifice d'Iphigénie   De l’Antiquité, une autre divinité olympienne qu’Hermès (Ἑρμῆς) aura-t-elle jusqu’à nos jours autant d’influence sur nos existences et, par suite, sur celles des animaux ? Il ne s’agit toutefois pas du fait qu’Hermès influença l’histoire des Atrides et indirectement le sort d’Iphigénie. Celui-ci a marqué en effet de manière plus indélébile l’histoire de l’Occident et du monde. Dieu alchimique, il fut loué pour ses bienfaits pour se retrouver ensuite au cœur des recherches ésotériques du Moyen-Âge. Si les alchimistes de tous les horizons ne sont pas parvenu avec toute leur al-kimiya[1] à changer le plomb en or, peu à peu ces activités se sont transmuées après la Renaissance en chimie et sciences modernes telles que trivialement le grand public les connaît de nos jours. Lire la suite

THIELLEMENT PACÔME LES AUTRES — EXERCICE DE STYLE SUR L’ESSAI « TU M’AS DONNÉ DE LA CRASSE ET J’EN AI FAIT DE L’OR » — BAUDELAIRIEN SUR LA VIANDE

THIELLEMENT PACÔME LES AUTRES — « TU M’AS DONNÉ DE LA CRASSE ET J’EN AI FAIT DE L’OR » — BAUDELAIRIEN SUR LA VIANDE

 

« Tell me why I had to be a Powerslave
I don’t wanna die, I’m a God,
Why can’t I live on ?
When the Life Giver dies,
All around is laid to waste.
And in my last hour,
I’m a slave to the Power of Death. »
in Powerslave — Iron Maiden (1984)

 

[Angelus Silesius] « La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit, n’a pas pour elle-même aucun soin — ne demande pas : Suis-je regardée ? »
cité p.33 in Trois essais sur Twin Peaks, Pacôme Thiellement (2018)

 

« Le moment axiomatique ou structural est le moment le plus pur de la connaissance, mais il ne se dissocie pas des moments antérieurs, qu’il légitime autant que ceux-ci le légitiment. »
p.91 in La pensée mathématique contemporaine, Frédéric Patras (2001)

 

 

   C’est bien un alchimiste. Pacôme Thiellement.
   Alchimiste du temps, des Sans Roi (les gnostiques) aux Sans États (les gilets jaunes), des Sans Vie au Règne du Vivant (les mangés).
   L’Al Tanour de Pacôme ne cuit plus depuis longtemps de chairs mortes[1]. Son alKīmiyā — son alchimie (χνµεία/χηµεία), n’est plus l’art de fondre et d’allier les métaux, mais celui de compiler nos subjectivités animales et humaines — hors temps mais bel et bien là[2] — pour en restituer la quintessence divine sans pourquoi où tout s’absorbe au commentaire : dire ce qui vit en le vivant, vivre comme le récit de ce qu’est vivre.

Lire la suite

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2020

     Cher-e-s tou-te-s,
   Chaque année depuis que nous avons commencé le blog, nous vous présentons nos meilleurs vœux.  Cela dit : à quoi bon ?
   Tout de même, nous avons bien en tête quelques personnes à qui nous présentons implicitement nos vœux pour cette nouvelle année.  On pense bien évidemment à celleux qui nous interpellent par le médium de l’écriture, mais cela peut être la photographie, la chanson aussi, la caricature, etc. On pense aussi aux militant-e-s discret-e-s qui agissent dans l’ombre sans rien demander à personne. Sans tenir de comptes… Lire la suite

PRENEZ EN DE LA GURREN ! — ET LES ANIMAUX ALORS ? — BELLA CIAO

PRENEZ EN DE LA GURREN ! — ET LES ANIMAUX ALORS ?

 

« (des Stoïciens) Particulièrement l’animal n’est pas autant que l’homme, tout au moins, lié au feu cosmique, au pur technikon, à ce feu artisan qui découpe toutes les choses, qui les assemble et qui leur donne une signification. »
p.57 in Deux leçons sur l’animal et l’homme, Gilbert Simondon (2004)

 

« Nous apprécions l’intelligence des animaux dans la mesure où ceux-ci se laissent dominer par nous. »
p.14 in Mémoires d’un rat, Andrzej Zaniewski (1993)

 

« Dans ce grand enchaînement des causes et des effets, aucun fait ne peut être considéré isolément. »
p.29 in L’invention de la nature. Les aventures d’Alexander von Humboldt, Andrea Wulf (2015)

 

 

   Jamais on aurait cru que Gurren Vegan, devenu sans qu’on s’en aperçoive — parce qu’on ne le suivait plus depuis belle lurette — Gurren Meta, deviendrait un ennemi de la cause animale, un anti-végane, un anti-antispéciste, un végano-sceptique à sa sauce, un supervilain, un sycophante de première (non c’est pas le nom d’un insecte), tellement qu’on le sentait investi le mec. Lire la suite