LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2021

     Cher-e-s tou-te-s,
   Le maître-mot de l’année qui vient de s’achever c’est : Zoonose(s). Car il ne faut pas se leurrer. Le coronavirus n’est qu’un phénomène très visible d’une réalité que l’ensemble de notre civilisation continue d’ignorer sciemment : celle de l’exploitation animale à tous les niveaux. Il est bon de rappeler que toutes les maladies humaines sont apparues avec « l’invention » de l’élevage. Qu’est-ce qui a décimé les peuples d’Amérique Centrale après l’arrivée de Christophe Colomb plus que l’épée et le mousquet ? Les maladies qu’on avait en Europe et emmenées avec soi à bord des navires. Les améridien-ne-s n’y étaient pas immunisé-e-s. Eh oui : ils chassaient ponctuellement […], mais ne connaissaient pas la promiscuité de la domestication des animaux. La CoVid ? Une opportunité de réflexion collective qui n’a pas eu lieu, tellement il est plus simple d’élaborer des théories stupides du complot, …d’avoir des pensées magiques et suivre des gourous,  de continuer à consommer de la chair animale, du foie gras aux fêtes, et de s’en torcher le cul avec du papier toilette (si on avait été le plus rapide dans les rayons du supermarché)…
   Pour le coup, 2020 aura été une année noire pour l’éthique animale, puisque confiné-e-s, nous n’avons pas pu faire de marches, de conférences, le travail des associations a été rendu très difficile, ce fut une perte de temps énorme par rapport au trop peu que l’on parvenait déjà à faire pour les animaux. Aux ennemi-e-s de la cause animale, sachez qu’on n’oublie pas la cause humaine et qu’on sait tout le malheur pour des millions d’entre-nous ayant découlé de cette « crise ».  Et l’on compatit.
Lire la suite

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2020

     Cher-e-s tou-te-s,
   Chaque année depuis que nous avons commencé le blog, nous vous présentons nos meilleurs vœux.  Cela dit : à quoi bon ?
   Tout de même, nous avons bien en tête quelques personnes à qui nous présentons implicitement nos vœux pour cette nouvelle année.  On pense bien évidemment à celleux qui nous interpellent par le médium de l’écriture, mais cela peut être la photographie, la chanson aussi, la caricature, etc. On pense aussi aux militant-e-s discret-e-s qui agissent dans l’ombre sans rien demander à personne. Sans tenir de comptes… Lire la suite

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2019

    Chers tou-te-s,
   L’année 2018 aura été un préambule. « À quoi ? » nous direz-vous.
   Selon nous, 2018 aura été un préambule à la contre-attaque du carnisme. Alors qu’on se réjouissait ces dernières années des publications en faveur de la cause animale, émergent depuis peu mais de façon prolifique, des écrits voués à semer le doute, voire carrément vindicatifs — non pas à l’encontre du bien-être animal dont ils vous diront qu’ils s’en préoccupent (quand ils en parlent…) — envers le véganisme et donc, envers tou-te-s les militant-e-s qu’on montre du doigt comme étant des citoyens hors-norme, c’est-à-dire : des terroristes, des hyper-capitalistes, des citadins pollueurs, etc., en somme des personnes qui nuisent à la cause commune. Lire la suite

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2018

     Chers tou-te-s,

 

     Une année s’achève, qui aura été encore plus forte pour la cause animale.
   Cette année nous réitérons nos vœux concernant l’effacement des egos devant la cause. L’affaire de la libération animale n’a rien à voir avec d’éventuelles « personnalités » parce que ce qui compte c’est le débat d’idées et comment de nos réflexions communes peuvent surgir les bonnes actions à mener pour qu’avance la question qui nous intéresse.
   Il y a, de façon évidente, plusieurs moyens pour soutenir la cause. De la désobéissance civile et l’occupation non violente des lieux symboliques-pratiques de l’exploitation animale, en passant par les happenings, les marches, les enquêtes, les sites, les arts, les publications ou le sport, mais aussi le commerce — pourvu qu’ils affichent toujours clairement leur raison d’être éthique — jusqu’à investir les arcanes traditionnels des institutions politiques de l’État, il faut continuer sans faillir les efforts quotidiens et donc protéiformes pour transformer la société civile qui est l’unique espace opératoire de notre réalité commune où agencer la biopolitique.
   Si on n’a de cesse d’avertir les peuples concernant les dangers liés à la pollution et à la disparition de la biodiversité, l’animalisme doit aujourd’hui — à notre sens — s’affirmer comme l’axe principal d’une attitude écologique responsable, écologie qui pourrait dès lors reprendre le nom de biologie. En effet, il n’est plus uniquement question de protection de l’environnement en tant que moyen de sauvegarde de l’humain dans un « développement durable », mais bel et bien de prise en compte d’une égalité d’intérêts à vivre et de droits fondamentaux autour de ce vivre que nous partageons biologiquement avec tous les êtres vivants. L’abolitionnisme est au cœur d’une telle refondation .
   Pour que cessent zoocides, génocides et écocides ; animalistes : antispécistes, véganes, végétarien-ne-s, soyons une seule et unique voix pour les animaux, une voix terrestre par-delà les nations et leurs rivalités économiques aliénant le vivant. La vie n’est pas un marché. Animalistes de tous pays, unissons-nous.
   C’est en laissant vivre qu’on se sent le mieux vivants, et qu’on trouve — enfin — sa place, son être-au-monde.

 

   Très bonne année à tou-te-s.

 

   K&M

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2017

voeux-2017-km
      Chers tou-te-s,
   Une année s’achève, qui aura été très riche en événements du côté de la cause animale.
   Nous avions formulé en 2016 que la condition animale s’améliore. Si malheureusement du point de vue des défenseurs des animaux — et des principaux intéressés eux-mêmes, les choses ne bougent pas assez vite, et ce avec le triste soutien des appareils de l’État (…), il est indéniable que la question fait désormais partie du paysage politique et médiatique français : maintenant, on en parle vraiment.
   Alors oui : les actions se multiplient, les passages T.V. et radio aussi, de sorte que plus personne ne peut dire aujourd’hui qu’il ne sait pas.
   Mais il faut à présent plus que jamais compter avec des oppositions farouches de la part des lobbies à la solde de financiers pour qui la vie des animaux n’existe pas, mais uniquement leurs corps en tant que matière première exploitable à loisir et rentable. On l’a vu, on n’hésite pas à faire des déclarations de désinformation, des allégations, à investir les écoles, et à souhaiter la mise sous surveillance des animalistes sous le sobriquet d’« éco-terroristes ».
   Il faut saluer le travail fondamental de L214, les actions des 269Life et autres (Vegan Impact, Vegan Corparation, etc.), et également le travail de sauvetage des associations de protection animale qui sont quotidiennement dans l’urgence. Saluer aussi les initiatives d’auteurs et d’éditeurs engagés, des promoteurs de la bonne cuisine végétale, des artistes, des intellectuels, tout comme l’apparition nouvelle de nouveaux partis zoopolitiques, ou encore de manifeste(s) pour la cause et la mise en place d’une base de données pédagogiques éthiques à disposition des écoles. Car il va sans dire qu’à la veille de cette nouvelle année — année d’élection présidentielle — la question de la condition animale est un enjeu de civilisation majeur. Cela prend beaucoup de formes pour une même cause.
   Le monde est protéiforme. Il faut donc, dans nos diversités militantes, s’unir autour de nos points communs en ayant toujours à l’esprit notre but : l’abolition de l’exploitation animale. C’est vers elle seulement que doivent tendre toutes les stratégies, faisant fi de nos égos, de nos divergences superficielles dont les animaux n’ont que faire — parce que, qui plus est, ils n’en ont même pas le temps (…).
   En 2016 nous avons rencontré encore plus de personnes engagées, chacune à sa façon ; toutes vos actions comptent, et nous vous remercions de tout cœur.
   C’est en laissant vivre qu’on se sent le mieux vivants, et qu’on trouve — enfin — sa place, son être-au-monde.
   Très bonne année à tou-te-s.
   K&M

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2016

KMvoeux
   Chers tous,
   Dans notre vie, la chose qui nous rend le plus fiers de nous, et sans doute l’unique, c’est d’être devenus véganes en janvier 2013.
   Trois années pleinement vécues — comme jamais auparavant — après quelques mois de transition toujours bien assez longs finalement. Lire la suite