VEGGIE WORLD PARIS — AVRIL 2017 — SUCCÈS DU VÉGÉTAL ET COUP DE GUEULE CONTRE LA FNAF CGT

 VEGGIE WORLD PARIS — AVRIL 2017 — SUCCÈS DU VÉGÉTAL ET COUP DE GUEULE CONTRE LA FNAF CGT

 

 

— en notre compagnie —
   Le succès du VeggieWorld n’est plus  à démontrer. Désormais c’est deux fois par an à Paris, une à Lyon et fin 2017 à Marseille. Un salon qui confirme la tendance actuelle d’un grand public averti ou curieux qui se tourne de plus en plus vers les alternatives végétales, exemptes de toute souffrance animale, tant dans le domaine de l’alimentation que dans celui de l’habillement ou des loisirs. Lire la suite

UN DRÔLE DE ZÈBRE ? — NON : UN PHOTOGRAPHE VÉGANE. UNE ESPÈCE EN VOIE D’APPARITION — LUDOVIC SUEUR

UN PHOTOGRAPHE VÉGANE — LUDOVIC SUEUR

 

« […] le principe de la captation est acquis,
le champ ouvert pour d’autres Narcisses, pour une « intercorporéïté ». »
In Le visible et l’invisible, Maurice Merleau-Ponty — 1964

 

« Qu’avons-nous donc peur de perdre en posant la question du sens dans le monde animal ?
In Une autre existence. La condition animale, Florence Burgat — 2012

 

   Hier, jeudi 20 avril 2017, nous nous sommes rendus à l’Espace Beaujon à Paris, au vernissage de l’exposition Personnalités et consciences animales de Ludovic Sueur. On vous dit pourquoi on vous conseille très vivement cette exposition.

Lire la suite

JUSTINE OU LES MALHEURS DE LA VERTU VÉGÉTARIENNE — SUR LE FILM « GRAVE » DE JULIA DUCOURNAU

 « GRAVE » DE JULIE DUCOURNAU
   Vous êtes véganes ? Vous allez au ciné parfois ? N’allez pas voir ce film. Ou peut-être que si.
   Quelques mots sur Grave, le dernier film de Julia Ducournau.
   Le pitch : « Justine intègre l’école vétérinaire dans laquelle ses parents ont étudié et où ils se sont rencontrés. Là l’y attend sa sœur aînée. Normal de suivre la voie familiale, d’autant que dans cette famille-là, on est végétarien… »
   Sympa non ?!  Seulement voilà, il faut passer le cap du bizutage, la violence en groupe, les humiliations, subir les rites sexualisés des « vétérans » et « vénérables » élèves des classes supérieures… et avaler le rognon de lapin cru si on ne veut pas être mis au ban et échouer. Moins sympa, non ?!

Lire la suite

ANIMAL MÉCANIQUE — OUVRE LES YEUX (VIDÉO)

   Il y a sûrement une autre façon pour que stoppe le cauchemar animal que de vous faire subir un traitement ultra-violent.
   Go Vegan !
 L’ultra-violence ne se combat pas par l’ultra-violence. L’éducation, l’information, la connaissance, et pourquoi pas la désobéissance civile sont les seules armes dont nous devons nous servir.
K&M

QU’EST-CE QUI FAIT COURIR MAGÀ ETTORI ? — INTERVIEW AU SUJET DE « VEGAN MARATHON » — UN PROJET HUMAIN ET UN FILM

INTERVIEW AU SUJET DE « VEGAN MARATHON » — UN PROJET HUMAIN ET UN FILM

 

« […] ce qui ne me tue pas me rend plus fort. »
Friedrich Nietzsche, Le Crépuscules des idoles, 1888

 

« Un marcheur est un homme ou une femme qui se sent passionnément vivant et n’oublie jamais que la condition humaine est d’abord une condition corporelle, et que la jouissance du monde est celle de la chair, et d’une possibilité de se mouvoir, de s’extraire de ses racines. »
Marcher : Éloge des chemins et de la lenteur de David Le Breton

 

« Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon. »
Emil Zatopek
vegan-marathon
(clic sur la bannière vers le site du projet)

 

— Avis à la veggie-population —

   Oyez ! Oyez ! Véganes de France et de Navarre, retenez bien la date du 9 avril 2017, où se déroulera, sis à la capitale de par ses rues, boulevards et avenues, le 41ème Marathon de Paris — célébration de l’effort et de l’endurance, du dépassement de soi depuis 1976. Hélas vous ne verrez pas passer que des végétos blafards et autres barbes rousses carencées viles placeurs de produits vromagers à la solde de Bertrand Jouault (n’est-ce pas Gurren…), puisque la course est ouverte à tout le monde. Eh oui, c’est une course omnivorace
   Et de l’énergie humaine dont la course est si friande, il va en falloir à celui que vous devrez venir supporter au printemps prochain puisqu’il courra pour aller au-delà de lui-même, porté par une ambition qui déjà le dépasse et rayonne, et résonne du mystérieux nom de : Vegan Marathon.

Lire la suite

HOMMAGE ANTISPÉCISTE À CHRIS MARKER — « MINOTAURE(S) » HALLUCINÉ

À CHRIS MARKER — « MINOTAURE(S) » HALLUCINÉ
   En mai 2015 est venue comme qui dirait naturellement cette très courte nouvelle intitulée MINOTAURE(S) — DÉDALE DES ABATTOIRS ou LE MONSTRE ANAGRAMMÉ.
   Il s’agissait de revisiter brièvement un des mythes les plus célèbres de l’Antiquité grecque tout en conservant un style classique (moderne) et à la fois en propulsant Thésée (l’héroïsme…) face aux questions éthiques (contemporaines) de ce début de 21ème siècle, savoir : la question de la condition animale et à travers elle, rappeler la gémellité de traitement réservé encore si souvent à ces « êtres inférieurs » que sont les animaux et…, les femmes (…). Une situation parfaitement bien décrite en 1995 par Carol J. Adams dans La Politique sexuelle de la viande.
   C’est aussi la question de la violence qui s’exerce sur l’innocence et la naissance, en ce que les êtres considérés comme « faibles » sont ceux qui animent une bio-diversité absolument nécessaire à l’existence du Père (patriarcat) et sa prétendue supérieure innascibilité (il n’a pas besoin de naître, il est détaché du principe même de la Vie).
   Voici donc à nouveau ce récit sous la forme d’un mini-film illustré par des images du film de science-fiction La Jetée de Chris Marker. L’oeuvre de cet essayiste-cinématographe, selon l’expression d’André Bazin, met en perspective la domination masculine (guerre totale) sur le monde dans une fable post-apocalyptique où le futur lointain de l’Humanité trouve — dirait-on— une forme de résurrection par un lâcher-prise sur les êtres et sur le temps, et où la figure de la femme est la planche de salut à la fois dans l’anamnèse et dans un monde reconfiguré — on imagine — subjectivement et collectivement dans une pacification qui ressemble bien à une haute spiritualisation technique et à une végétarisation de la civilisation. En tout cas c’est une interprétation qu’on trouve séduisante.
   Parce que La Jetée est un chef-d’œuvre et que Chris Marker était aussi un poète, lui emprunter quelques images, poussés par un nombre de vues croissant de notre nouvelle ces derniers temps sur le blog, nous avons eu envie de fabriquer un nouvel objet calqué sur l’esthétique markerienne, et proposant une lecture fictionnelle mais concrète du problème biopolitique à l’heure de l’usage des corps comme dit Giorgio Agamben, de la reproductibilité technique et sa machination.
   Bon visionnage.
   K&M

la_jetee-affiche

      Lire le texte de la nouvelle, ici.