LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2021

     Cher-e-s tou-te-s,
   Le maître-mot de l’année qui vient de s’achever c’est : Zoonose(s). Car il ne faut pas se leurrer. Le coronavirus n’est qu’un phénomène très visible d’une réalité que l’ensemble de notre civilisation continue d’ignorer sciemment : celle de l’exploitation animale à tous les niveaux. Il est bon de rappeler que toutes les maladies humaines sont apparues avec « l’invention » de l’élevage. Qu’est-ce qui a décimé les peuples d’Amérique Centrale après l’arrivée de Christophe Colomb plus que l’épée et le mousquet ? Les maladies qu’on avait en Europe et emmenées avec soi à bord des navires. Les améridien-ne-s n’y étaient pas immunisé-e-s. Eh oui : ils chassaient ponctuellement […], mais ne connaissaient pas la promiscuité de la domestication des animaux. La CoVid ? Une opportunité de réflexion collective qui n’a pas eu lieu, tellement il est plus simple d’élaborer des théories stupides du complot, …d’avoir des pensées magiques et suivre des gourous,  de continuer à consommer de la chair animale, du foie gras aux fêtes, et de s’en torcher le cul avec du papier toilette (si on avait été le plus rapide dans les rayons du supermarché)…
   Pour le coup, 2020 aura été une année noire pour l’éthique animale, puisque confiné-e-s, nous n’avons pas pu faire de marches, de conférences, le travail des associations a été rendu très difficile, ce fut une perte de temps énorme par rapport au trop peu que l’on parvenait déjà à faire pour les animaux. Aux ennemi-e-s de la cause animale, sachez qu’on n’oublie pas la cause humaine et qu’on sait tout le malheur pour des millions d’entre-nous ayant découlé de cette « crise ».  Et l’on compatit.
Lire la suite

« JE MANGE DONC JE SUIS » AU MUSÉE DE L’HOMME — UNE EXPO (PAS) TRÈS CARTÉSIENNE

« JE MANGE DONC JE SUIS » AU MUSÉE DE L’HOMME
   Aujourd’hui nous sommes allé-e-s voir l’exposition « Je mange donc je suis » qui se tient au Musée de l’Homme à Paris jusqu’au 31 août. Si Christophe Lavelle, commissaire scientifique de l’exposition peut à la fois dire qu’au départ, nous avions même prévu d’avoir le prêt de la robe en viande de Beaubourg. Mais on nous a dit qu’on allait trop loin dans la provocation, et qu’on risquait de voir débarquer les végans (source) et qu’il faut végétaliser et biodiversifier nos assiettes, pour notre santé et pour l’environnement (source), des véganes sont bien venu-e-s et ils ont trouvé cette exposition plutôt intéressante.

Lire la suite

LETTRE AU MONDE — MEILLEURS VŒUX 2020

     Cher-e-s tou-te-s,
   Chaque année depuis que nous avons commencé le blog, nous vous présentons nos meilleurs vœux.  Cela dit : à quoi bon ?
   Tout de même, nous avons bien en tête quelques personnes à qui nous présentons implicitement nos vœux pour cette nouvelle année.  On pense bien évidemment à celleux qui nous interpellent par le médium de l’écriture, mais cela peut être la photographie, la chanson aussi, la caricature, etc. On pense aussi aux militant-e-s discret-e-s qui agissent dans l’ombre sans rien demander à personne. Sans tenir de comptes… Lire la suite

PRENEZ EN DE LA GURREN ! — ET LES ANIMAUX ALORS ? — BELLA CIAO

PRENEZ EN DE LA GURREN ! — ET LES ANIMAUX ALORS ?

 

« (des Stoïciens) Particulièrement l’animal n’est pas autant que l’homme, tout au moins, lié au feu cosmique, au pur technikon, à ce feu artisan qui découpe toutes les choses, qui les assemble et qui leur donne une signification. »
p.57 in Deux leçons sur l’animal et l’homme, Gilbert Simondon (2004)

 

« Nous apprécions l’intelligence des animaux dans la mesure où ceux-ci se laissent dominer par nous. »
p.14 in Mémoires d’un rat, Andrzej Zaniewski (1993)

 

« Dans ce grand enchaînement des causes et des effets, aucun fait ne peut être considéré isolément. »
p.29 in L’invention de la nature. Les aventures d’Alexander von Humboldt, Andrea Wulf (2015)

 

 

   Jamais on aurait cru que Gurren Vegan, devenu sans qu’on s’en aperçoive — parce qu’on ne le suivait plus depuis belle lurette — Gurren Meta, deviendrait un ennemi de la cause animale, un anti-végane, un anti-antispéciste, un végano-sceptique à sa sauce, un supervilain, un sycophante de première (non c’est pas le nom d’un insecte), tellement qu’on le sentait investi le mec. Lire la suite

SAINTE-DINDE

Sainte-Dinde, 2019
Acrylique et crayon sur toile, 11,5×18
By K.

 

SAINTE-DINDE — EXTRAIT D’UNE LÉGENDE D’ORÉE À LA LIBÉRATION ANIMALE
   « Alors qu’un humain conseillait encore d’attraper ces volatiles pour les transformer en nourriture, contre leur gré il va de soi, et d’en partager la chair cuisinée en guise de chrétienne congrégation dans la plus pure et séculaire tradition du bien obtenu par le mal, un groupe d’entre la foule là réunie s’éleva et clama qu’il n’était plus, comme à l’époque de Jacques de Voragine, de chanter les louanges des martyres, qu’ils ou elles fussent des êtres humains ou des animaux. Et puis le miracle arriva enfin, peut-être à force de répétition, qu’on admît qu’il n’était plus de mise de massacrer à tour de bras les oiseaux comme celui-ci, accroché par les pattes à un treuil, suspendu tête en bas, transbahuté le long d’un macabre circuit pour se voir couper la tête comme on débite des tronçons de bois, vidé de son sang, et le reste du plumage et de l’étripage à l’envi — enfin, en vie… La dinde sauvée, et avec elle tout le règne animal, s’en fut auréolée d’une vive lumière comme qui dirait divine et devint pour des éons une légende, une icône, grâce au geste qu’elle fit lorsqu’elle s’en fut, se retournant vers ses libérateurs, signant l’éternelle armistice d’un sublime V de ses ergots dorés. Elle devint pour toutes et tous, et à tout jamais : Sainte-Dinde. »
K&M

VA COMPRENDRE — OU ANIMAUX SAUVE QUI PEUT — DÉLIVRANCE ET ANNIHILATION

   Va comprendre !
   C’est un exemple parmi tant d’autres, on ne vise personne…
…mais à peu près tout le monde.
   Sur le site de France Info, il y a des rubriques. L’une d’elle est : Bien-être animal. Sympa ! Super ! Oui mais. S’agit-il de savoir si les animaux sont bien, se sentent bien ? S’agit de savoir, pour nous, ce que signifierait « être bien un animal » ? Ah… on voit que la nuance déjà en perd quelques un-e-s en route.
   On s’explique avec une sorte de rébus strictement visuel. Ou le savant mélange des causes et des effets montre l’excellence de l’absurdité commune humaine et sa normativité.
On vous laisse juger de la présentation des faits et, une énième fois, de la banalisation du mal.
Ah mais ça pour sûr maintenant : l’animal est délivré. […]
K&M

 

LE TRANSBISCUITISME EST UN ALIMENTARISME

   Salut !
   Comme nos chroniques de livres, nos divagations philozoophiques, voire même nos recettes, ça ne suscite plus beaucoup d’engouement, bah du coup nous on se repose et ça fait du bien.

   Bon, comme on reste tout de même dans le partage et que dernièrement on a trouvé des biscuits que nous autres, végétalos mous et molles du bulbe, on peut consommer selon le dogme de notre chère secte d’azimuté-e-s, on vous en parle. En plus, ces p***** de biscuits ne sont même pas estampillés « vegan ». Quoi ? Lire la suite