SCIENCES & SOCIOLOGIE

 

A

atlanLes frontières de l’Humain de Henri Atlan                                                                                                                                                                             Ce petit livre plutôt factuel mérite d’être lu. Si l’auteur n’est pas un défenseur des animaux au sens vegan du terme, ses connaissances et observations sont bonnes à être sues. Ici la question d’une meilleure connaissance de nous-mêmes (humains) s’appuie notamment sur les comportements animaux observés et leurs capacités, comme l’empathie par exemple. Nous en déduisons personnellement une pensée sur le véganisme comme premier post-humanisme existentiel. Notre article : HOMO ANIMALI LUPUS EST ? […] PROPOSITION (POST)-HUMANISTE

Animal / Humain : passages de la revue Figures de l’Art. N°27                                                                                                                                                                                                                                   Quelles sont les tensions, les extensions, les lignes de forces qui unissent, nouent, aimantent l’humanité et l’animalité dans leurs rapports coexistentiels ? C’est ce que ces textes proposent d’analyser au travers d’œuvres multiples et aux multiples dimensions, que ce soit dans le surréalisme, l’art contemporain, la zoomusicologie, l’art biotech, la littérature, l’ethnologie, etc. D’excellents textes pour découvrir ou redécouvrir des œuvres, des artistes, et leurs regards sur l’animalité et ce qu’ils nous disent de notre commune condition. (Textes de Jean Arnaud, Amélie Balazut, Ismaïl Bahri, Sandy Blin, Jhava Chikli, Fleur Courtois-Lheureux, Miguel Egaña, Valérie Gansdorff, Christine Jérusalem, Bernard Lafargue, Vincent Lecomte, Itzhak Goldberg, Gilles Mayné-Cini, Danièle Méaux, Jocelyne Michaud, Jean-Pierre Mourey, Laurent Pottier, Bertrand Prévost, Jean-François Py, Béatrice Ramaut-Chevassus, Anne Simon, Laurence Tuot, Marie-Noëlle Semet, Ronald Shusterman.)

L’organisation criminelle de la faim de Olivier Assouly                                                                                                                                                                           Ce livre n’est pas un essai à proprement parler. C’est une étude. Ce que nous raconte Assouly, c’est comment, d’une manière ou d’une autre, règne à travers les époques et surtout à la lumière de ce que fut le nazisme, un « savoir-faire d’affamer » pourrait-on dire – c’est un fascisme en variétés  – et comment cela va de pair avec l’exploitation des animaux que l’on mange (quand on n’a pas encore arrêté). Que l’on empêche de manger ou presque, ou que l’on incite à n’être jamais repu, l’organisation criminelle de la faim est omniprésente jusqu’à nos jours avec le fascisme soft du libéralisme consommatoire. « L’animal est nié en tant qu’animal pour devenir viande. Sa mise à mort s’accompagne du refus de reconnaitre ce geste en tant que crime : on ne tue pas vraiment, on liquide, on retraite et on usine. Cela nécessite une séparation entre les êtres humains dotés d’une existence symbolique et du droit de vivre, et les autres, animaux, Juifs, Tsiganes et rebuts divers, identifiés à de la viande et à des doses de protéines et ramenés à l’état de matériau. » (p.73) Ce livre est brillant.

B

9782020982856Le point de vue animal d’Eric Baratay                                                                                                                                                                                                             Ce livre nous apprend beaucoup sur notre rapport historique aux animaux, comment l’homme les a transformés (génétiquement pour le cas des vaches laitières), les a utilisés (pour le travail de la mine), comment aussi il a scénographié leur mise à mort pour à nouveau déplacer les foules aux corridas alors en perte de vitesse à la fin du XIXème siècle (au moment des premières associations de défense animale). Notre article : NOTRE HISTOIRE OU LE PARTAGE OBLIGÉ DES AFFRES HUMAINES — D’APRÈS « LE POINT DE VUE ANIMAL » D’ÉRIC BARATAY

L'eglise et l'animalL’Église et l’animal de Éric Baratay                                                                                                 Un ouvrage d’Histoire passionnant, laquelle Histoire est celle de la France du Moyen-Âge à ce début de XXIème siècle. Une fois encore l’enquête menée par E. Baratay est gigantesque et parvient à nous donner une vision globale et assez précise de l’évolution de la question animale chez l’Homme, les hommes, en France bien sûr, mais somme toute dans le monde occidental, par le prisme particulier ici de la chrétienté. Cette édition est augmentée d’une conclusion ajoutant vingt années écoulées depuis la parution de ce travail achevé en 1990, et édité en 96 la première fois.

L’animal est-il un animal comme les autres ? de Aurélien Barrau et Louis Schweitzer                                                                                                                                                                                               Ce livre n’est pas destiné aux véganes accomplis. Si les deux hommes, plutôt érudits, se montrent favorables au véganisme dans l’idée, ils ne sont pas encore passé à l’acte. Et malgré quelques bonnes réflexions (mais qu’on retrouve ailleurs chez d’autres et depuis longtemps), l’ouvrage se montre surtout favorable à une sorte de néo-welfarisme qui n’engage finalement pas à grand-chose, surtout bien entendu, relativement aux personnes animales exploitées et abattues sans cesse. Le lecteur lambda pourra se trouver conforter dans une position en faveur du « bien-être » animal sans pour autant change grand-chose à son rapport à lui in fine. Il ne faut pas trop brusquer tout de même…

9782228904018Les émotions des animaux de Marc Bekoff                                                                                                                                                                               Voici un ouvrage capital de la part d’un des meilleurs biologiste et comportementaliste de la vie animale. L’auteur met tout son savoir et cœur à notre service autant qu’à celui des animaux. Son expérience est précieuse et il l’a fait nôtre. Ne passez pas à côté de ce livre bienveillant et brillant. Lire notre article SOLASTALGIA — CONTRE L’ESSEULEMENT LA MORALITE UNIVERSELLE DE MARC BEKOFF : LES ÉMOTIONS DES ANIMAUX.

le-droit-animalierLe droit animalier de F. Burgat, J.-P. Marguénaud et J. Leroy                                                                                                                                                    Ce livre établit la distinction entre le droit animalier et les droits des animaux, en ce que le premier se trouve dans les textes de loi où le droit va plutôt à l’encontre des animaux puisqu’il vise à établir des règles en fonction de l’usage que nous avons des animaux, des biens meubles il n’y a encore pas si longtemps, ce qui ne change d’ailleurs en pratique pas grand-chose à l’affaire. Il est important de connaître ce droit pour vouloir le réformer afin de le faire correspondre au quotidien avec l’exigence de droits des animaux tels que définis en éthique et en biopolitique.

Le mythe de la vache sacrée * la condition animale en Inde                                                                                                                                                         L’auteure nous emmène avec elle dans un voyage d’étude qui a eu lieu… au siècle dernier ! en 1998 – visiter les institutions qui tentent d’agir pour la protection animale, malgré le manque de moyens et les contradictions puissantes de la culture et de la tradition indiennes. C’est d’abord un récit tiré de ses carnets de route, entre consternation et fascination, attirance et répulsion pour ce pays qui est un choc total lorsqu’on y vient d’Europe pour la première fois. La misère animale y est décrite par une Burgat observatrice, tenace dans ses recherches et à la fois stupéfaite par ce qu’elle découvre. De belles pages, simples et très vraies, où l’Inde vue pour les animaux est en même temps hypnotique et parfaitement repoussante. L’écriture tout à la fois très présente et détachée de F. Burgat nous a fait voyager dans une Inde digne de Parias de Pascal Bruckner, mais aussi comme une rêverie désagréable  à la Artaud. Puis s’en suivent une courte thèse et des textes du Mahatma Ghandi, le tout absolument passionnant.

Sauver les vaches des abattoirs. Textes de Gandhi, introduction de Florence Burgat                                                                                                                                                       Ces textes issus de plusieurs interventions de Gandhi n’ont rien perdu de leur actualité. Comme l’écrit la philosophe Florence Burgat : « On notera la modernité du propos concernant le point crucial des débats actuels au sein du mouvement de la libération animale, celui de l’extinction des races qui, façonnées pour des usages plus que discutables et par ailleurs incapables de s’adapter à une vie rustique, doivent d’éteindre. » Le Mahatma, lui, disait de la vache qu’on lit, dans la douleur de cet animal, un poème de compassion. Rien n’a changé, si ce n’est qu’on peut dire qu’aujourd’hui la condition des vaches en Inde est pire puisque leur exploitation sur fond de discorde religieuse, a pris de l’ampleur.

Le phénomène du vivant, études dirigées par F. Burgat et C. Sommer                                                                                                                                                               Un livre paru en 2016 qui retrace le travail du néerlandais Frederik Buytendijk (1887-1974), physiologiste enseignant à l’Université libre d’Amsterdam qui choisit alors d’étudier les comportements des animaux à partir de faits objectifs et produisit une œuvre originale et novatrice, propre à nourrir nos réflexions contemporaines sur notre relation d’humain(s) au(x) vivant(s). Plusieurs auteurs se succèdent et nous livrent leurs analyses en croisant les savoirs d’hier et d’aujourd’hui afin que nous appréhendions mieux la phénoménologie de la vie au travers des êtres qui la composent. Un livre qui s’adresse aux universitaires ou à un lectorat éclairé et curieux.

La société de consommation de Jean Baudrillard                                                                                                                                                                                 …n’est pas que la société de la consommation des animaux, mais dès 1970 (avant même le fameux choc pétrolier et le début de la « crise » qui dure depuis) l’auteur décrit ce monde qui n’a guère changé sinon dans la dé-multiplication de ses occurrences dans ce qu’on pourrait appeler l’appauvrissement de son opulente multiplicité. Société de consummation, de destruction permanente et de mort, société des « réductions » et de la vie à prix bas, la société de consommation est celle de l’étouffement et de la décharge, où le néant abonde par surcroît d’être inutile. Témoin, comme le disait Baudrillard, le fait de cette espérance violente qu’il n’y en ait pas assez, que vous emport[i]ez la pyramide croulante d’huîtres, de viandes, de poires ou d’asperges en boite en en achetant une parcelle […] (de ce monde) dans ce grand discours métonymique où les animaux, mais comme le reste cela dit, sont incorporés et « décorporés » dans l’image du don, dans l’horrible fête…


bory-douleur-des-betes
La douleur des bêtes * la polémique sur la vivisection au XIXe siècle en France de Jean-Yves Bory                                                                                                                                                                                  Un fort bel ouvrage, un travail fouillé et précis, qui nous permet aujourd’hui de retracer l’histoire de la protection animale et de son exploitation sous couvert d’humanisme; où l’on voit les courants de pensée, les collusions politiques, les intérêts, etc., qui ont jusqu’à présent permis que les animaux soient traités en objets d’études.

de viandard à véganeDe viandard à végane de Bruno Blum                                                                                                                                                                                C’est THE bouquin rock et vegan qu’il nous fallait. Avec humour et ses excès personnels, l’auteur qui est aussi musicien et dessinateur, entre autres, nous livre sans tergiversation le fond de sa pensée en faveur de la cause animale. Un ouvrage très intéressant. Notre article.

vivre-ave-un-inconnuVivre avec un inconnu * Miettes philosophiques sur les chats de Florence Burgat                                                                                                                                                                                                       La philosophe et directrice de recherche abandonne presque ici le langage phénoménologique pour parler du phénomène « chat(s) » comme on cause entre amis, dans une sorte d’intimité semi-littéraire semi-scientifique, un brin psychologique. Et dans le salon où trône insaisissable et infiniment présent le chat Mitcho, nous prenons place et écoutons Burgat en conteuse, avec en toile de fond Colette, Kafka, Buytendijk, Freud, Lacan…

Les Limites du Vivant * textes réunis par Roberto Barbanti et Lorraine Verner                                                                                                                                                                                                                                    Ce recueil de textes est absolument fascinant. Les contributeurs nous emmènent à travers botanique, biologie, philosophie de l’art, esthétique et éthique, écosophie et critique existentialiste, à réfléchir sur le vivant et sa place dans la société humaine, elle-même in situ dans la biosphère, l’écoumène, et tenter de définir ce que peuvent être les limites du vivant en soi, ou leur contraire, tout autant que les limites que l’humain pourrait/ devrait se fixer quant à notre co-appartenance au vivant.

C

no steakNo Steak de Aymeric Caron                                                                                                                                                                                                       Voici le livre grand public qui parvient à aborder de front : l’éthique animale, les problèmes écologiques et sanitaires liés à l’élevage intensif, l’utilisation absurde et outrageuse des animaux ( rappelons-le, qui sont sensibles, communicants, organisés en société pour la plupart…) dans les domaines de l’industrie médicale, cosmétique, vestimentaire et du loisir. Un livre à mettre entre toutes les mains, qui plus est du seul représentant vegan du PAF.

caron antispécisteAntispéciste de Aymeric Caron                                                                                                                                                                                                    Le journaliste et chroniqueur TV, qu’on ne présente plus, est bien connu pour ses prises de position en faveur de la cause animale, notamment lors des émissions auxquelles il a participé ou participe encore. Encore assez rares sont les personnalités publiques à s’engager dans le mouvement animaliste, aussi bien entendu nous avons eu envie de savoir ce que Caron pouvait avoir à nous dire de plus quant à la cause. Au final, on a lu un livre sans surprise mais surprenant, un essai d’un animal philosophant — et zoon politikon ! — plus philosophique qu’il ne veut bien l’avouer. Rencontre avec cet  inconnu-connu que nous connaissons mieux à présent. Notre article ici.

Utopia XXI de Aymeric Caron                                                                                                                                                                                                              On peut considérer que ce livre du journaliste célèbre désormais pour ses prises de position en faveur des animaux est un pendant à son précédent ouvrage Antispéciste. Cette fois-ci, c’est dans la continuité de Thomas More que l’auteur se pose. À côté de son intérêt pour la défense des êtres vivants, il fustige vertement le système économique et la politique mondialisée qui ne créent plus que de la pauvreté et de la désolation, alors que nous pourrions tou-te-s vivre des bienfaits de la technologie dans une société d’abondance raisonnable. Quelques passages fort instructifs sur l’histoire de l’économie et ses dérives contemporaines. Et toujours de très bonnes références pour les droits des animaux.

Voyage dans l'AnthropocèneVoyage dans l’Anthropocène : cette nouvelle ère dont nous sommes les héros de Laurent Carpentier et Claude Lorius                                                                                                                                               Un livre fort intéressant sur les enjeux de survie, non seulement de l’espèce humaine mais aussi du monde, face aux changements écologiques importants et extrêmement rapides dont nous sommes les hérauts […]

la-connaissance-de-la-vieLa connaissance de la vie de Georges Canguilhem                                                                                                                                                                 Cet ouvrage rassemble un certain nombre de textes relatifs à l’étude de la biologie. Si, vu l’époque, on ne peut pas dire que Canguilhem soit antispéciste, beaucoup de ses réflexions aident à soutenir un respect total du vivant sous toutes ses formes.

histoire-de-la-recherche-contemporaine-tome-4-n1.jpgL’Animal, enjeu de la recherche (Histoire de la recherche contemporaine) chez CNRS Éditions                                                                                                                                                                                Ce numéro de la revue traite de la relation entre l’Homme et l’Animal qui a évolué ces derniers siècles et surtout cinquante ans. De la recherche en laboratoires à l’éthologie, en passant par la philosophie, le juridique et l’histoire, voici quelques articles bien sentis et instructifs qui font le tour – présentatif – de la question. Notre article incluant des extraits de cette revue.

Empathie et Compassion, comment développer nos supers-pouvoirs de Sandra Cardot                                                                                                                                                                                                              Voici un petit livre qui démontre la compatibilité d’une recherche spirituelle personnelle avec le goût du savoir et le désir de vivre et laisser vivre tous les êtres vivants, justement en vertu de la sensibilité qui s’avère, peut-être, être à la fois l’extérieur et le cœur universels. Lire notre article Une déclaration d’amour…

 

Taxer la viande de David Chauvet                                                                                                                                                                                               « […] si vous aimez vos enfants et petits-enfants, et si vous vous souciez réellement de l’avenir de l’humanité. » écrit l’auteur page 71, et il a bigrement raison, c’est là le problème : les humains, dans leur immense majorité, n’aime pas les autres, exactement comme ils n’aiment pas les taxes ni l’idée taboue d’une taxe sur la viande. Mais David Chauvet en défend bien la cause… quand on est en mesure de la comprendre… Voir notre article.

S’engager pour les animaux de Fabien Carrier et Christophe Traïni                                                                                                                                                                                                                        Voici un excellent opuscule de présentation des formes actuelles de la cause animale en France comparée à la situation anglo-saxonne, que précède une introduction en temps de Révolution française. Les auteurs ont fait du très bon travail. A faire lire aux nouve-aux-lles venu-e-s à l’éthique animale. Extrait : « Nous nous pensons déconnectés de la « nature » mais nos liens avec les anipmaux sont innombrables. Notre carte animalières ressemble donc plutôt à cela : des lieux — fermes et abattoirs, pharmacies, magasins et laboratoires, maisons, zoos et cirques, mers, rivières, champs et forêts, villes et friches — et des flux — terrestres, aériens, maritimes —, par lesquels les animaux sont transportés, percutés, repoussés, où ils migrent, colonisent, se réfugient… l’éthique animale cartographie les problèmes moraux soulevés par nos liens aux autres espèces. » (Nicolas Delon, p.60)

Homo naturæ de Valérie Cabanes                                                                                                                                                                                                      Où « en harmonie avec le vivant » est un vœu que tout un chacun devrait partager avec l’auteure de ce petit livre qui n’hésite pas à dénoncer les exactions des multinationales et des États sur la nature et ses habitants, toutes espèces confondues.  On y trouve l’envie de renouer avec une solidarité internationale en lien avec les savoir-faire et être des peuples autochtones, premiers, ancestraux, qui considéraient les choses et les êtres de la nature comme une famille avec des droits. Les humains doivent se soulevés pour se réapproprier le Juridique en guise de politique. S’il manque dans ce livre l’aspect antispéciste/ animaliste, il n’en constitue pas moins un beau plaidoyer pour changer radicalement notre rapport au monde.

Vegan Order : des éco-warriors au business de la radicalité de Marianne Celka                                                                                                                                               On vous dit pourquoi, selon nous, il n’est pas nécessaire de lire ce livre dans cet article.

Comment j’ai arrêté de manger les animaux de Hugo Clément                                                                                                                                                                                                                                                 L’auteur est journaliste dans divers médias. On ne le connaissait pas parce qu’on n’a pas la télévision. Autant le dire tout de suite : Hugo Clément, journaliste, n’est que végétarien. La faute, selon lui, à son métier et ses nombreux déplacements. Argument non valable à nos yeux : beaucoup d’entre les véganes ont passé le cap, quelque soit leur profession et quelques chose nous dit qu’affirmer un tel choix dans le milieu ouvrier est plus complexe que dans celui du journalisme. Eh puis Hugo : si la boulangerie ne peut t’offrir qu’un sandwich au fromage, bah tu sais quoi ? Tu prends seulement la baguette et pour ton équilibre alimentaire tu vois plus tard. Parenthèse fermée car au demeurant ce petit bouquin s’adressant davantage à ceux qui n’ont pas franchi le pas du végétarisme/ véganisme et qui s’intéressent à la question est super bien pensé. Hugo Clément, sur la couverture, invite son lectorat à croquer dans la pomme du savoir, le savoir éthologique (beaucoup de pages sont consacrées aux poissons, sujet qu’il connaît bien, son père pratiquant la pêche au harpon), la prise de conscience de la souffrance des animaux que l’on consomme au regard justement de leur intelligence et bien sûr l’urgence écologique. Le tout est parcouru de l’expérience de l’auteur, en toute humilité, vraiment. C’est du bon travail journalistique. Hugo Clément a fait son petit bouquin de façon sérieuse et investie, il a rencontré des chercheurs, des acteur-e-s de la vie militante, etc. Il a fait son Jonathan Safran Foer quoi ! normal : ce livre est en soi une forme d’hommage. Et vous savez quoi ? on a encore eu l’impression d’apprendre des choses. Voilà un petit livre qui, s’il a la chance d’être lu, pourrait s’avérer efficace et, pourquoi pas, faire mouche.

 D

L'origine des espècesL’origine des espèces de Charles Darwin                                                                                                                                                                       À l’origine de la révélation explosive de Darwin, il y a son voyage extraordinaire à bord du Beagle. Cinq années d’études, d’observations, de notes, pour aboutir, après celle de Lamarck, à la théorie de l’évolution où apparaît qu’il n’y a pas de différence entre l’homme et l’animal, que de degrés.

expressionL’expression des émotions chez l’Homme et chez les animaux de Charles Darwin                                                                                                                                                                                             Démonstration faîte dès 1872 que tout nous rapproche des bêtes. Nous avons suivi la même évolution.

la souffrance animaleLa souffrance animale * ou l’étude objective du bien-être animal de Marian Stamp Dawkins                                                                                                                                                                               Dès le titre quelque chose ne va pas. La « souffrance » devient un « bien-être » objectivé… et cet essai, cherchant comment améliorer le sort des animaux, à en démontrer surtout la nécessité, frôle de très près le véganisme alors pas en vogue (1980) sous prétexte qu’il est difficile à mettre en place. Ça n’est plus le cas, grâce à la recherche et à la technique. Et pourtant constate que peu de choses ont changé, et que lutter pour la cause animale est encore d’actualité, plus que jamais. Voici notre article u sujet de ce livre sur le welfarisme, livre fort intéressant au demeurant pour mettre les choses en perspective. WELFARISME…

souffrances-animales-et-traditions-humainesSouffrances animales et traditions humaines. Rompre le silence collectif dirigé par Lucile Desblache                                                                                                                                                               Voici un recueil de textes très intéressants, vivifiants pour l’esprit, préfacés par Florence Burgat, et qui nous en disent plus sur nos relations aux animaux, que ce soit au travers du métier de vétérinaire, du dessin, de l’éthologie, de la littérature et de la poésie.

Abattoirs de ChicagpAbattoirs de Chicago de Jacques Damade                                                                                                                                                                      Ce livre est aussi passionnant que bref, et parfaitement documenté. Sa concision est en efficacité égale aux performances macabres qu’il dénonce et qui fondent dès le milieu du 19ème siècle, notre monde ultra-mécanisé. Voir notre article.

liberation-animale-atispecismeLibération animale et végétarisation du monde (ethnologie de l’antispécisme français) de Catherine-Marie Dubreuil                                                                                                                       Si vous voulez connaître l’histoire de l’antispécisme en France depuis 1985 jusqu’à nos jours, ce livre est pour vous. Il regorge de témoignages, de faits, et d’analyses souvent pertinentes, …et parfois surprenantes… En voici un avant-goût avec notre article et développement.

le-troisieme-chimpanzeLe troisième chimpanzé de Jared Diamond                                                                                                                                                                   En 1992, fort de ses connaissances et expériences de géonomiste, de géographe, de biologiste évolutionniste, J. Diamond a écrit cet ouvrage intéressant qui recoupe agréablement des champs comme la sélection naturelle, la linguistique, la technologie, l’histoire et l’écologie, de sorte à montrer au lecteur les enjeux du futur proche quant à l’extinction des espèces et la dégradation des biotopes dus à ce fameux troisième chimpanzé que l’ADN humain nous apprend que l’homme est. Un livre riche d’enseignements pour tous publics.

De l’inégalité parmi les sociétés de Jared Diamond                                                                                                                                                       […] est sous-titré Essai sur l’homme et l’environnement dans l’histoire, et il relate avec beaucoup d’intelligence les événements du vivant ou de la nature plus généralement, afin de faire comprendre, dans une suite à Rousseau et Montesquieu à l’aune des connaissances et de la technique contemporaines, comment il se fait que tous les humains ne sont pas égaux, seuls ou en groupe. Les animaux ne sont pas étrangers, très loin de là, à l’essor global de l’Humanité qu’on observe à présent comme un possible regroupement de notre espèce. Au demeurant sans les animaux nous n’aurions rien été, nulle part, et ce travail est à lire en association avec les ouvrage d’Eric Baratay, de Brian Fagan ou de Pierre Serna. Une mine d’or pour déconstruire à la fois le spécisme et le racisme, et relativiser tout effet de pouvoir/ domination sur quiconque, tant c’est par hasard que l’on est ce que l’on est.

vache-a-lait-desaulniers-eliseVache à lait * Dix mythes sur l’industrie laitière d’Élise Desaulniers                                                                                                                                                                                                                                               Un petit ouvrage québécois qui ne manque pas d’intérêt, même quand il prêche des convaincus. E. Desaulniers démonte un à un les mythes associés à cette boisson volée à des êtres anamorphosé.e.s en machines à produire, qui plus est une nourriture inadaptée à notre biologie, mais plutôt mauvaise pour elle en somme. Quelques mots de plus de notre part en cliquant sur N°67.

L214, Une voix pour les animaux de Jean-Baptiste Del Amo                                                                                                                                            L’écrivain signant ce livre documentaire et historique sur l’association L214, lui même étant devenu végane, nous propose dans ce bel ouvrage de découvrir le parcours des porte-parole et cofondateur de L214, B. Gothière et S. Arsac, ainsi que des portraits de militant-e-s de l’association et les combats pour la libération animale que tou-te-s mènent ensemble. A lire, surtout si l’on n’est pas végane, pour comprendre que cette cause va de soi et qu’elle regarde tout le monde. Notre article plus complet ici.

Permaéconomie de Emmanuel Delannoy                                                                                                                                                                                                                                      Décidément les éditions Wildproject sont toujours là pour mettre en avant des travaux innovants en relation avec une éthique du vivant. C’est le cas avec cet ouvrage qui propose de calquer l’économie sur le modèle basique et pertinent de la permaculture afin de renouer avec l’innovation, justement, pour sortir de l’impasse du globalisme industriel et destructeur et apprendre à s’inspirer de la vie et de la nature (biomémiétisme, biosourcing) pour insuffler une nouvelle direction à l’économie actuelle qui a atteint d’ores et déjà ses limites.

E


F

introduction aux droits des animauxIntroduction aux droits des animaux de Gary L. Francione                                                                                                                                                 Cet essai datant de 2000 est une des pierres angulaires de l’éthique animale abolitionniste du XXIème siècle.A lire absolument si l’on veut comprendre pourquoi il n’y a pas de demi mesure quant à la cause animale. En voici notre lecture.

téléchargementFaut-il manger des animaux ? de Jonathan Safran Foer                                                                                                                                                                   Ce livre est une bonne introduction à la question animale. Au travers de sa vie, de ses souvenirs, l’auteur interroge le rapport de nos sociétés à la nourriture et qu’elle soit constituée au départ d’êtres vivants. Il réalise donc une véritable enquête sur le terrain de l’élevage (intensif, bio) révélant l’abomination d’un système qui fait fi du bien être animal, de l’écologie et des hommes. Cet ouvrage est welfariste et ne va pas assez loin dans l’éthique animale, le propos principal étant tourné vers l’alimentation. Il a néanmoins le mérite d’exister et a ouvert certainement beaucoup de consciences. Un livre utile donc, tout de même. Notre article.

Dans la peau d’une bête de Charles Foster                                                                                                                                                                                                     Mais pourquoi donc ranger dans la véganothèque ce livre étrange de ce professeur à l’université d’Oxford qui s’occupe autant d’éthique que de taxidermie, vétérinaire et avocat de surcroît, et qui n’est certainement pas végane ? Eh bien parce que malgré toutes les fois où en le lisant on se sent remonté (notamment sur sa carrière de chasseur), Foster parvient tout de même, par une verve toute britannique (quelque chose de curieux à la « Chapeau melon et bottes de cuir »…), à nous en apprendre sur le blaireau, le cerf, le renard et le martinet, au travers de sa manière de voir le monde et ces animaux-ci, fort originale au demeurant (certains de penser « loufoque » sans aucun doute), tout en étant capable de remettre les comportements humains vis-à-vis des animaux en question et en perspective, à commencer par les siens, bien qu’on voudrait qu’il allât plus loin sous certains aspects. Un livre déroutant et instructif.

La grande histoire de ce que nous devons aux animaux de Brian Fagan                                                                                                                                                                                                                    Ce livre passionnant constitue un travail idéal en complément de celui de l’historien Éric Baratay. L’archéologue et professeur B. Fagan, réputé pour ses excellentes vulgarisations, nous propose de relire notre histoire à l’aune de notre coévolution avec les animaux, depuis la Préhistoire en passant par les anciennes civilisations jusqu’à l’ère contemporaine, pour épouser une thèse pro-animaliste qui pose franchement la question : tous ces animaux, le chien (loup), le bovin, le cheval, l’âne, le chameau, etc., ont très concrètement contribuer à nous faire explorateurs du monde… il faudrait leur rendre la dignité qui leur revient, surtout à l’heure de la grande machination du vivant, où nous avons oublié ce que nous leur devons, c’est-à-dire presque tout. Un ouvrage superbe !

Le souci de la nature (apprendre, inventer, gouverner) sous la direction de Cynthia Fleury et Anne-Caroline Prévot                                                                                                                                                                                                                                                                          Ce bel ouvrage collectif où les auteur-e-s, dans des disciplines différentes, abordent des questions liées à la nature en tant que biodiversité en péril, met plus l’accent sur une nature végétale qu’animale, ou alors une nature un peu clichée, avec animalités implicites mais presque sans animaux […] (à l’exception de quelques pages), mais reste très intéressant sur le plan intellectuel afin de comprendre ce à quoi l’on a affaire lorsqu’on parle aujourd’hui d’écologie, de prise de conscience, d’immobilisme, de raréfaction des ressources, de climato-scepticisme, de restauration de relations vécues avec les choses et les êtres de la nature. A lire car très instructif, et éclairant tout de même quant à la question animale.

G

9782330006495Nous sommes ce que nous mangeons de Jane Goodall                                                                                                                                       Ce livre, écrit en 2005, est un condensé passionnant des expériences et gens rencontrés par J. Goodall, grand défenseure des chimpanzés de la Gombe. Elle milite pour le bio, manger moins de viande, avec à notre avis sur ce point trop peu d’insistance. Bref, c’est un ouvrage engagé, plutôt welfariste somme toute, mais qu’il faut connaître. Notre article à ce sujet : MUTATIS MUTANTS10

Le choix du feu (aux origines de la crise climatique)d’Alain Gras                                                                                                                                Un essai absolument passionnant qui, en 2007, analyse avec pertinence les choix qui ont conduit l’Humanité à utiliser la puissance, voire : le pouvoir – thermodynamique, et donc à incendier la Terre, le climat, l’écosystème… Où l’auteur n’oublie pas de mentionner la mécanisation du vivant et les désastres de l’alimentation carnée. Un fort bel ouvrage, instructif et inspirant.

Le véganisme (Que sais-je ? n°4068) de Valéry Giroux et Renan Larue                                                                                                                                                                   Ce petit ouvrage répond très factuellement aux exigences de son format, les auteur-e-s ayant réalisé un travail précis et adroitement documenté, avec en prime quelques références essentielles et une réflexion en duo, c’est à dire en commun pour une communauté d’esprit(s) de la cause animale. En savoir plus ici.

Comment la non-violence protège l’État : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux de Peter Gelderloos                                                                                                                                                  Si vous avez des questionnements quant à l’opposition entre la non-violence et la « violence » dans les situations de luttes sociales, ce livre est pour vous. L’anarchiste Peter Gelderloos explique pourquoi, selon lui mais il a de bons arguments, il est parfois, voire souvent, nécessaire d’en venir à une confrontation physique (diversifiée) plutôt que de rester dans le pacifisme que préfère l’État puisqu’il ne l’empêche pas d’exercer ses propres violences institutionnalisées et « licites » à l’encontre des intérêts du plus grand nombre.

Le silence des animaux. Du progrès et autres mythes modernes de John Gray                                                                                                                                                                                 Voici un livre qui parle des animaux humains, de leur vanité, de leurs espoirs, de leur médiocrité , le tout rattaché à ce qu’on a envie d’appeler la fictionnalité. Ainsi, opposé au silence des animaux (bien qu’ils communiquent entre eux sans cesse et de multiples façons), le philosophe nous expose ce que sont pour lui les bavardages humain, l’humanisme, l’athéisme, à travers des exemples de lectures très bien choisies. C’est un livre agréable à lire, instructif et perspicace. L’auteur s’y rend à une évidence que l’on voudrait voir partagée par tou-te-s : « Toute créature sensible est faiseuse de monde. » (p.180)

H

ecopunk-couvÉcopunk de Fabien Hein et Dom Blake                                                                                                                                                                              En environ 250 pages, Fabien Hein nous emmène en arrière en Grande-Bretagne puis au U.S.A. voir comment le mouvement punk a été, et est toujours, un des leaders de la pensée végane et en a assurer puissamment la promotion en-dehors des sentiers « marginaux » de la punk attitude. Un livre extra qu’on vous recommande chaudement qui nous a inspiré un article vidéo PUNK ET VÉGANISME.

Éloge de la plante. Pour une nouvelle biologie de Francis Hallé                                                                                                                                                   Ce livre est une mine d’or pour qui a envie d’en savoir plus sur « la plante ». L’auteur, grand spécialiste botanique et de l’écologie des forêts tropicales, nous invite à reconsidérer cet univers du vivant qui est à la base de tout, et dont bien entendu les véganes seront plus encore qu’avant fan(e)s à l’issu de cette lecture passionnante. Comme F. Hallé le dit « […] je ne suis pas zoologiste, d’accord, ni même chasseur, mais, mieux que ça, je suis un animal. » (p.35), et il montre très bien combien nous sommes dépendants de la diversité végétale, comment elle diffère de l’animale, et comment l’ensemble s’accorde. Cette vision du monde des végétaux est une véritable source d’inspiration pour la vie quotidienne comme pour la pensée philosophique ou zoopolitique. « L’animal sait ce qu’il prend mais il ignore ce qu’il donne, et la subtilité de la plante apparaît dans cette possibilité qu’elle a de manipuler l’animal, en jouant de quelques composés secondaires, toxiques, colorés ou volatils. » (p.171) Dans tous les sens du terme, les végétaux sont bel et bien la nourriture idéale.

Le coup fatal. Histoire de l’abattage animal de Élisabeth Hardouin-Fugier                                                                                                                                                                                                                                    L’historienne, depuis longtemps engagée auprès de la cause des animaux, nous raconte la longue histoire de l’abattage depuis l’Egypte ancienne, le rituel de la shehita juive, en passant par le Moyen-Âge, les guildes de bouchers, l’apparition des abattoirs et la réglementation en faveur du « bien-être animal » sans cesse contournée par les intérêts économico-politiques, que les acteurs de la protection animale ont bien des difficultés à ébranler. Un superbe ouvrage, un travail de recherche à connaître absolument !

Le loup et le musulman de Ghassan Hage                                                                                                                                                                                   Les éditions Wildproject nous permettent de lire un essai fondamental dans ce qu’il convient d’appeler, selon nous, la bio-anthropologie des convergences, c’est à dire une étude de l’évolution socio-politique des trajectoires des humains et des non-humains. Ici l’essayiste nous propose un point de vue, axé sur l’écoféminisme et la critique animaliste, sur les conditions intriquées de la crise du racisme et de la crise environnementale, l’une et l’autre comme cause et conséquence réciproques. Dénoncer les conditions du traitement pratique et lexical réservé aux animaux mais également à « l’autre arabe » comme être étranger nuisible dans la gestion biopolitique des êtres et choses massifiés puis transformés en déchets indésirables… avec pour objectif de sortir de ces crises pour sauver ce qui vit. Avec une postface de Baptiste Morizot (Les diplomates).

Cruelty Free, le guide pour une vie 100% végane dirigé par Laurence Harang                                                                                                                                                                                                                                                                         De ce bel ouvrage extrêmement pédagogue, voulu par la philosophe engagée de longue date dans la lutte pour la cause animale, Laurence Harang, et où ont participé Sabine Brels, Patrick Llored, Enrique Utria et Sébastien Moro, nous vous disons tout ou presque, dans notre article.

Qui sommes -nous pour traiter ainsi les animaux ?de Marie-Pierre Hage                                                                                                                                                         Militante très active au sein de plusieurs associations de la cause animale, Marie-Pierre Hage dresse dans cet ouvrage une image très fidèle de la réalité (en France surtout, mais aussi dans le monde) de la condition animale. Ainsi, vous saurez tout sur les animaux de compagnie, les animaux d’élevage, les animaux du spectacle, les animaux sauvages, les dégâts de la société industrielle, le refus de la souffrance animale et le courant animaliste aujourd’hui. Ce livre est très riche en informations, très facile à lire et très bien construit. Une mine d’or… hélas…

I

La liberté dans l’évolution de Kinji Imanishi                                                                                                                                                                             Novateur dans sa façon d’aborder la question de l’évolution, Kinji Imanishi nous explique dans cet ouvrage comment il a pensé les concepts de subjectité et de spéciété et comment, en dehors des pressions de sélections habituellement admises dans le darwinisme ou le néo-darwinisme, il convient de repenser les choses en partant de l’idée que, peut-être, les adaptations et transformations des êtres vivants ont pu apparaître plus spontanément qu’il ne semble, mouvements comprenant les espèces comme collectifs-volontaires. Très belle pensée à connaître et remarquablement servie par une postface de Augustin Berque.

J

L'éthique animaleL’éthique animale de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer                                                                                                                                                       Voici une petit livre (moins de 150 pages) qui relate avec précision et concision les tenants et aboutissants de l’éthique animale moderne. Un ouvrage des plus vifs à lire.

profession animal de laboratoireProfession : animal de laboratoire d’Audrey Jougla                                                                                                                                                                         L’auteure de ce livre n’a pas fait semblant de se mouiller pour la cause animale. Prenant des risques y compris celui d’être incomprise par ses frères et sœurs d’armes, Audrey Jougla nous fait pénétrer dans les laboratoires où « travaillent » pour la santé humaine (?) chaque années 12 millions d’animaux en Europe. Un bijou. Notre article sur ce brillant essai. […] LES ANIMAUX NE CHÔMENT PAS.

Zoos. Le cauchemar de la vie en captivité de Derrick Jensen                                                                                                                                                                                                                                  Ce texte qui a plus de dix ans n’a rien perdu de sa cohérence et de sa virulence à l’encontre de l’exploitation animale, notamment dans les zoos. Jensen possède une verve marquante et ne manque pas d’arguments pratiques et éthiques pour nous convaincre de l’inutilité des zoos pour la préservation des êtres vivants. À lire et faire lire !

K

toutpeutchangerTout peut changer – Capitalisme et changement climatique de Naomi Klein                                                                                                                                                                                                                                      Cet essai remarquable par la rigueur de son enquête nous apprend énormément de chose quant à l’ampleur du défi climatique qui nous attend, et il faut faire vite. Un détail… la biodiversité si chèrement défendue par l’auteure ne l’a cependant pas encore incitée à devenir végane, vu le lien manifeste entre élevage et hyper-pollution. Un livre a connaître tout de même ! Quelques mots de plus.

Du goût de l’autre. Fragments d’un discours cannibale de Mondher Kilani.                                                                                                                                                                De cultures tunisienne et française, résidant et enseignant en Suisse, l’anthropologue Mondher Kilani nous offre dans cet essai un large éventail réflexif sur le cannibalisme entre anthropologie bien sûr, mais aussi sociologie et art, afin de nous rappeler que ce si funeste désir comme aurait pu dire ici Pierre Klossowski, n’est pas l’apanage de quelques bandes de sauvages arriérés mais bel et bien une constituante de l’être humain (partie de son ethos) et qu’il faut le connaître pour le contrôler peut-être. On y voit poindre l’analogisme, quoi ! la gémellité avec le carnisme (sur la base du spécisme) en ce que la dévoration de l’autre est toujours une manière de s’affirmer, d’apparaître plus, un phénoménalisme qui explique les jeux de pouvoir(s), où l’avoir c’est être en contenant d’autres êtres. Citation : « […] en son temps La Boétie qui qualifiait le pouvoir de « mange-peuple », de « bête féroce » qui accâble les gens. « Mange-peuple » était également le titre donné à un roi dans l’Illiade d’Homère, tout comme les anciens grecs appelaient démoboroi (« démovores ») les tyrans. Une métaphore que l’on troube largement répandue dans les sociétés traditionnelles africaines où il est fréquent d’exprimer le pouvoir en termes cannibaliques : « Le chef bouffe les hommes » ou « Le Roi mange le royaume », y entendait-on. »

L

Ouvrir les yeux, ouvrir son cœurOuvrir les yeux, ouvrir son cœur de Lau R.                                                                                                                                                                                  Le journal de bord d’une végane en devenir. Un des seuls témoignages personnels publiés à ce jour, abordant de manière simple et intime le rapport de la question existentielle et de l’éthique animale. Un livre à lire et à offrir. Voir notre article.

Les êtres vivants ne sont pas des machines de Bertrand Louart                                                                                                                                                                                      On s’est laissé dire après lecture que l’auteur serait un drôle de récalcitrant, une sorte l’olibrius en marge du système de pensée scientifique dominant dans les sciences. Il n’en demeure pas moins que ses critiques à l’égard du darwinisme et de son aboutissement dans l’économie concurrentielle et le traitement des animaux en découlant, dans ce recueil de textes, reste intéressant et souvent (on se trompe peut-être…) bien vues. Dommage que l’auteur avalise la thèse de Jocelyne Porcher dans une toute petite note. Il lui manque le point de vue antispéciste. cela viendra peut-être.

Sand_county_almanacA Sand County Almanac – and sketches here and there de Aldo Leopold                                                                                                                                    Voici un ouvrage qui, depuis 1948, n’a pas perdu de sa verve, de sa vigueur intellectuelle et poétique, de son sens et de ses valeurs quant à dévoiler l’importance cruciale d’adapter nos comportements socio-économiques à la réalité ontologique des systèmes naturels dans lesquels nous vivons. A. Leopold nous raconte son expérience de la Nature depuis son cher Wisconsin et ailleurs, pour nous faire connaître les raisons de son engagement bioéthique contre l’impérialisme des intérêts bassement économiques. « The old prairie lived by the diversity of plants and animals, all of which were useful because the sum total of their co-operations and competitions achieved continuity. » « The practices we now call conservation are, to large extent, local alleviations of biotic pain. »

M

Les animaux en IslamLes animaux en Islam de Al-Hafiz B. A. Masri                                                                                                                                                                         Le livre de Masri, érudit et imam, a été publié en 1989. L’auteur montre qu’il est tout à fait licite (Halal) pour les musulmans d’être végétaliens et pourquoi pas véganes, puisque le Coran Majeed revient dans de nombreuses sourates sur la notion d’attention particulière à apporter aux animaux, en contradiction liminaire donc avec les pratiques économico-alimentaires de notre époque. Notre article DES DROITS POUR « LES ANIMAUX EN ISLAM » — OU SUR UNE ORIENTATION VÉGANE DU CULTE MUSULMAN

Voisinages et CommunsVoisinages & Communs de p.m.                                                                                                                                                                                     Cet essai explore avec beaucoup de pragmatisme ce que pourraient être les nouvelles structures communes, en commun, communales, communistes (…), nécessaires désormais à la survie de l’espèce humaine. Un marche-pied vers la communauté de vie, aussi, avec les animaux. Notre article.

sans-les-animaux-le-monde-ne-serait-pas-humainSans les animaux, le monde ne serait pas humain de Karine Lou Matignon                                                                                                                                                                                                                      Est un recueil de textes recensés en 2003. Où l’on y trouve par le prisme animalier côte à côte un dresseur de chevaux, une pianiste sauveteuse de loups, et bien d’autres portraits d’humains proches des animaux, afin de nous faire prendre conscience de toute cette nature (ces natures !) peuplant notre humanité dans sa singulière « culture ». Enfin, une interrogation sur le propre de l’Homme en général où l’on voit clairement, …en vérité on l’entend, que les animaux d’abord nous parlent… Notre article ici.

revolutions-animalesRévolutions Animales de K. L. Matignon & collectif                                                                                                                                                            Voici un ouvrage important par la teneur de ses propos autour de l’animalité et des animaux, un beau livre avec pas moins de quatre-vingt contributeurs de textes qui mettent à jour nos connaissances afin d’aider à recadrer le statut des animaux dans le paysage zoopolitique français jusqu’alors en retard sur la question. Un retard qui se comble peu à peu, propre à apporter les changements nécessaires à la survies des espèces, humaine y compris, face à l’empire industriel humain sur la planète et ses formes de vies. A lire, à offrir, à méditer.

Le peuple des abattoirs d’Olivia Mokiejewski                                                                                                                                                                                                                                   Voici un petit livre qui, à défaut de faire pencher les sceptiques du côté des animaux, devrait commencer de leur faire comprendre que le problème est aussi humain et que le système est totalement inique. Quelques mots de plus : ici.

Industrie laitière. Une plaie ouverte à suturer ? Regard éthique sur la filière suisse du lait de Virginia Markus                                                                                                                                                                                                                                                            Ce livre (re)constitue une enquête tout à fait intéressante, étayée de réflexions éthiques passionnantes au sujet de la question animale dans l’industrie laitière en Suisse. Sans compromission, sans concession, l’auteure est partie seule à la rencontre des éleveurs, des animaux, des industriels, elle a compilé des informations pour révéler la vérité à propos de cette « nourriture » qu’est le lait et quels impacts cela a en Helvétie sur les humains, les animaux, l’environnement, la société. Non seulement Virginia Markus dénonce, mais elle propose des modèles de solutions applicables à ce ce qu’elle critique. Un livre très engagé. Voir notre article, ici.

Sur la piste animale de Baptiste Morizot                                                                                                                                                                                         Comme l’écrit Vinciane Despret en préface à ce recueil de textes-pistages, il s’agit dans ce livre d’être avec les animaux des : « […] cohabitants s’émerveillant de la qualité de la vie en présence d’autres êtres. » Et c’est vrai que l’auteur, ce diplomate-garou, nous emmène avec lui à la fois dans ces dehors qui sont des foyers-territoires pour les animaux (ours, loups, lombrics, …). Et quant à l’écofragmentation et ce que nous aurions à gagner à nous (ré)enforester, Baptiste Morizot dit que pour ces autres qui (sur)vivent tant bien que mal à l’homonisation grandissante il faut : « […] leur donner l’espace et le temps pour qu’ils puissent évoluer (varier et être sélectionnés), et s’adapter à un monde qu’on a massivement transformé, et qui dans ses grandes lignes ne reviendra pas en arrière. » Une réflexion très sage à développer en zoopolitique.

Et si on pensait aux animaux ? de François Moutou                                                                                                                                                                                                             Les éditions Le Pommier ont publié en octobre 2018 ce petit essai pas désagréable de F. Moutou, vétérinaire de son état, qui soulève bien des paradoxes et des questions utiles en vue d’améliorer la condition animale, même si, et ce malgré son expérience professionnelle et personnelle propre à le rendre très sensible aux animaux, ne l’ont pas rendu jusqu’ici véganes, mais peut-être assez proche d’un antispécisme, disons juridique. « L’abondance dans les médias cache la regression sur le terrain », écrit-il p.23, et il a bien raison. Plus on parle des animaux moins l’on pense véritablement à eux. Pourtant, il serait bon pour nous tous (humains et animaux) de « […] chercher à cohabiter vraiment, de ne pas juste collectionner des images ou des clichés, dans tous les sens du terme. » (p.35) C’est ce que fait F. Moutou avec, de notre point de vue, encore quelques incomplétudes, un léger reste de dissonance. Un livre cependant fort instructif.

N

bidoche-nicolinoBidoche de Fabrice Nicolino                                                                                                                                                                                                                         À lire en ayant le cœur et les tripes bien accrochées. Une réalité dont il est nécessaire de prendre conscience, pour ne plus être dans le déni. Une enquête complète sur l’industrie de la viande : l’enfer des bêtes.

O

confortablement ignorantConfortablement ignorant de Richard A. Oppenlander                                                                                                                                                                                              Un petit livre très intense concernant les dommages écologiques infligés à la Nature, mais aussi aux hommes. Et c’est tant mieux, l’auteur n’oublie pas la condition animale et le dit tout de go : « Tout le monde devrait être végétalien. » Notre article INTRANQUILLITÉ D’INDIENS SANS PLUMES.

P

intelligence-animale-emmanuelle-pouydebatL’intelligence des animaux. Cervelles d’oiseaux et mémoires d’éléphants de Emmanuelle Pouydebat                                                                                                                                                      C’est un livre simple qui pourra être lu de 7 à 77 ans, un livre de plus en faveur d’une reconnaissance des animaux et leurs mondes pour qu’enfin on cesse de les asservir et qu’on les respecte pou ce qu’ils sont. Car ils n’ont rien à envier aux hommes. Notre article…

L’Homme est-il un animal comme les autres ? de Jean-Baptiste de Panafieu et Etienne Lecroart                                                                                                                                                                                  Ce petit livre, s’il est à destination d’un public adolescent, reste très intéressant pour les adultes aussi car, s’il revisite nos connaissances basiques quant aux animaux, pose vraiment les bonnes questions en remettant en perspective notre relation vis-à-vis d’eux à la lumière du savoir scientifique actuel tout en faisant très habilement le distingo entre la pensée philosophique, la pensée religieuse et la pensée pragmatique pour montrer combien nous sommes avant tout des animaux, certes très spéciaux, mais que cela tient avant tout à notre longue histoire commune avec toute animalité plutôt que d’une pseudo spécificité culturelle. Les textes, courts et qui vont droit au but, sont accompagnés de dessins humoristiques tout aussi qualitatifs. A faire lire aux jeunes, et aux moins jeunes !

Mangeurs de viande. De la préhistoire à nos jours de Marylène Patou-Mathis                                                                                                                                                                                                                             L’auteure de ce livre très instructif ne prend pas partie pour ou contre la viande. Cependant, bien que mettant l’accent sur les liens symboliques forts qui unissent les humains aux animaux, et si on comprend mieux comment ces derniers ont pu être nos bio-contingences et des nécessités alimentaires, l’évolution « naturelle » (darwinisme) montre ses limites dès lors qu’elle n’entre plus en ligne de compte et qu’on peut se défaire, à notre sens, de nos antiennes sarcophages… et puis la viande cela peut être aussi la viande humaine. Où l’on s’aperçoit que cette pratique (le cannibalisme), loin d’être l’apanage des sociétés des humains, répond à peu de choses près aux mêmes désirs que lorsqu’il s’agit de consommer des animaux. A la lecture, on se demande si cette consommation ne sert pas d’ailleurs, in fine, de dérivation à l’anthropophagie ? Des animaux, M. Patou-Mathis a écrit « […] c’est pour ne pas être cannibale qu’il a fallu les déshumaniser. » (p.288)

Après la nuit animale de Jonathan Palumbo                                                                                                                                                                                On ne pouvait pas ne pas lister dans notre véganothèque ce brillant essai qui conjugue à merveille analyse cinématographique et critique objective du spécisme (la maltraitance animale) au travers de nombreux films, cultes ou non, fictions ou documentaires. Ce livre parvient à redonner un souffle à la déconstruction animaliste globale en nous faisant re-voir ce que les images de nos cultures ont à nous dire de nos actes envers les animaux, mais aussi envers nous-mêmes. On vous en dit plus dans notre article, ici : Fragments cinémazoographiques…

Q

 …

R

Recherches germaniques n°10 hors sérieRecherches germaniques, hors-série n° 10 : Des animaux et des hommes, Von Tieren und Menschen édité par Aurélie Choné et Catherine Repussard aux Presses Universitaires de Strasbourg                                                                                                                                                                                   Ce recueil de textes français, allemands et anglais est un must en matière de recherche sur le rapport humain à « l’animal(ité) ». Il contribue grandement à enrichir le retard français quant à la réflexion sur l’éthique animale, son symbolisme, son imaginaire, ses « états culturels » si l’on peut dire. C’est aussi dans le roman(esque) que se dessinent notre sensibilité et notre futur en fonction du Zeitgeist, en route vers une plus vaste et ouverte biopolitisation. Dans cet article nous revenons sur certains passage de cet excellent numéro.

Ma part d’animal de Muriel de Rengervé                                                                                                                                                                                                                                          Voici un très bel hommage aux animaux que rend ici l’écrivaine partie vivre en Bretagne et allée à la rencontre des ouvriers des abattoirs de sa région, pour nous décrire d’insanité commune qu’ils vivent avec les animaux qu’ils doivent tuer, avant que de revenir sur son végétarisme depuis ses 17 ans, se racontant et racontant la cause animale dans un récit très joliment formulé (c’est un essai littéraire en effet) et étayé de nombreuses citations et références à l’anthropologie, la littérature, la poésie, etc. C’est un livre sensible et plein d’esprit que l’on recommande chaudement.

S

LÉthique-à-tableL’Éthique à table : pourquoi nos choix alimentaires importent  de Peter Singer et Jim Mason                                                                                                                                                                         Comme indiqué dans notre article, cet essai qui aura 10 ans en 2016 s’attache à comparer les régimes alimentaires « standard nord-américain », « bio » et « végane ». Une grande enquête très instructive que les auteurs P. Singer et J. Mason n’ont pas voulu tranchée en faveur du véganisme, tout en montrant cependant qu’il s’agit, tant pour le « bien-être » animal que pour l’environnement, non finalement d’une alternative, mais d’un mode de vie et de manger positif pour tous.

lanimal-en-republiqueL’Animal en République * 1789-1802 Genèse du droit des bêtes de Pierre Serna                                                                                                                                                                                                                      Si l’histoire nous était toujours contée du point de vue  des gens du peuple, des anonymes, des oubliés, comme de celui des animaux, alors peut-être serions-nous aujourd’hui, en tant que corpus politicus, plus à même de nous projeter vers un avenir où humains et animaux peuvent se croiser sans se redouter, surtout bien sûr sans que le premier n’exploite le second et ainsi joue pleinement son rôle de zoon politikon et qui plus est sur une Terre zoopolitique ceinte de l’esprit de la res publica. Un bijou à découvrir ! Et quelques mots sur cet essai ici.

Comme des bêtes (Histoire politique de l’animal en République [1750-1840]) de Pierre Serna                                                                                                                                                                                L’historien niçois a réalisé avec cet ouvrage une très intéressante photographie d’une époque qui aurait pu être marquée comme le début d’une ère zoopolitique en adéquation avec les aspirations d’aujourd’hui dans le cadre de la biopolitique et de l’animalisme. On apprend énormément dans ce livre, où figurent Gilbert, Daubenton, Bernardin de Saint-Pierre, Geoffroy Saint-Hilaire, François Boissel, etc. Où l’on voit qu’entre 1791 et 1802 surtout, on n’est pas passé loin en France d’une véritable prise en considération de la concitoyenneté des animaux avec nous, mais que pour des raisons politiques et républicaine somme toute, on y a échoué, tout comme à abroger les injustices envers certains groupes humains. Un livre à lire absolument tellement il éclaire notre époque, et aussi nos lendemains. Notre article : Ah, ça ira…

Théorie du tube de dentifrice de Peter Singer                                                                                                                                                                                                                             Ce livre daté de 1998, retrace la biographie d’Henry Spira, c’est à dire toute une vie de militantisme dont une bonne partie en faveur de la cause animale, des droits des animaux. Spira, par ses méthodes, aura permis de donner un nouvel élan à la cause, et a montré que les plus grandes entreprises ou administrations pouvaient être amenées à changer si on réfléchissait avant d’agir, si l’on était bien documenté et patient, tout en employant les armes de la modernité : la communication marketing et les mass media. Henry Spira est celui qui inspira PETA, entre autres, tout comme Brigitte Gothière et Sébastien Arsac avec L214. Antispécistes, véganes, animalistes : prenons-en de la graine !

Clean Meat de Paul Shapiro                                                                                                                                                                                                                                                        S’il fallait nous convaincre qu’il existe une autre façon pour libérer les animaux que de tou-te-s devenir véganes, eh bien ce livre ferait parfaitement l’affaire. En effet, Paul Shapiro nous fait découvrir un univers technologique et économique assez nouveau, préfigurant d’un avenir possible où la viande ne tuerait plus les animaux et serait aussi plus propre pour l’environnement. Cette lecture s’avère passionnante et très instructive. Pour en savoir plus, vous pouvez lire notre lettre au Président.

T


U



Milieu animal et milieu humain Jakob von UexküllMilieu animal et milieu humain de Jakob von Uexküll                                                                                                                                       Nous avons choisi d’intégrer à notre bibliothèque vegan ce livre des années 1930, car il préfigure d’un changement de point de vue relativement aux animaux. Ethologiquement, si nous les comprenons si mal, et que nous les infériorisons, c’est par erreur. Par ignorance qu’ils (s)ont chacun leur monde, qu’il nous faut apprendre à nous représenter pour les comprendre.

V

Planète Végane d’Ophélie Véron                                                                                                                                                                                                     La célèbre bloggeuse Antigone XXI, alias O. Véron, propose un livre très complet pour aller de zéro à l’infini dans le véganisme. Idéal pour découvrir l’engagement éthique du véganisme, approfondir ou compléter ses connaissances en la matière. Rappelant que le véganisme est éminemment éthique, l’auteure met aussi en avant tous les plaisirs et avantages qu’il y a à être végane. Cet ouvrage est une petite bible du genre. Notre article sur Planète Végane.

Révolution Végane. Inventer un autre monde                                                                                                                                                                                                                      La directrice de l’Association Végétarienne de France, Elodie Vieille Blanchard signe ici un essai scientifique abordable par tous les publics, dans le but de démontrer que le véganisme est e n phase avec l’évolution morale de l’Humanité (éthique animale), mais plus encore avec les impératifs pratiques (environnement, santé, climat) d’aujourd’hui qui sont les enjeux d’un futur de plus en plus proche. On vous en dit plus dans cet article.

 W

Le bonobo, dieu et nousLe Bonobo, Dieu et nous * À la recherche de l’humanisme chez les primates de Frans de Waal                                                                                    Le livre de F. de Waal témoigne de son esprit d’ouverture très important. Lui qui a étudié, et vécu donc, auprès de chimpanzés et de bonobos durant des années, nous apprend que la moralité, et en fin de compte notre éthique, provient de ce qu’on pourrait appeler notre « moi animal » au sens viscéral du terme, de la corporéité. C’est une invite à réfléchir aussi au sentiment de religiosité tout comme à la conviction athée, liées sans aucun doute à notre préhension du monde depuis l’animal que nous sommes – encore. Tendre toujours la main vers celles de nos parents mammifères et de tout le règne du vivant, fraternelle évolution. Passionnant.

sommes-nous-trop-betesSommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l’intelligence des animaux ? de Frans de Waal                                                                                                                                                                                                           Décidément la très riche expérience de primatologue et de biologiste de Frans de Waal n’en finit de nous faire aller de découvertes en découvertes, et merveilleuses, quant à l’éthologie et tout ce que les animaux nous cachent encore de ce qu’ils comprennent et savent faire, où il faut vraiment que nous cessions toute comparaison inutile afin de mieux les comprendre pour ce qu’ils ont à nous apprendre. À lire : notre article.

Tant qu'il y aura des cagesTant qu’il y aura des cages (Rattling the Cage) de Steven M. Wise                                                                                                                                   Nous recommandons cet essai d’un grand avocat défenseur des animaux. Entre 1999 et 2000, il écrivait ce livre passionnant qui retrace comment des minorités sont parvenues à se libérer et comment; et de facto pourquoi les animaux doivent eux-aussi bénéficier de Droits légaux que nous devons inscrire dans nos lois. Nous en proposons une présentation dans cet article croisé avec un colloque philosophique à Cerisy.

la-conquete-sociale-de-la-terreLa conquête sociale de la Terre de Edward O. Wilson                                                                                                                                             Voici un ouvrage de vulgarisation scientifique parfaitement accessible à tous, qui pourtant n’en demeure pas moins être une lecture passionnante et riche d’enseignements. Entomologiste, biologiste, spécialiste des fourmis, inventeur de la sociobiologie et du mot de « biodiversité », E. O. Wilson nous parle du caractère eusociale que peu d’espèces possèdent, et qui est un facteur important de prise de (bio)pouvoir. Des origines de la Vie à l’apparition des hominidés, comparativement à la vie des insectes sociaux dominants, la conquête de la Terre par les hommes s’avèrent dès le départ leur échapper, en ce sens qu’elle n’est pas de leur fait. Pourtant, il convient de s’interroger aujourd’hui plus que jamais sur les conséquences de cette conquête, ce à quoi nous invite Wilson dans une langue agréable et très facile d’accès. Un complément de connaissances non négligeable dans une vie végane.

biophilie-couvBiophilie de Edward O. Wilson                                                                                                                                                                                                          Dès 1984 l’auteur, scientifique, biologiqte et spécialiste des fourmis, mettait l’Humanité en garde contre ses atteintes non seulement à l’environnement, mais aussi aux êtres vivants dont l’extinction massive avait déjà bien commencée et était bien connue. C’est avec beaucoup de poésie que Wilson raconte alors son expérience, ses découvertes et ses émerveillements, tout comme il parle de ses craintes pour ce monde… Lire notre article : AIMER LA VIE… ET CELLES DES AUTRES…

L’invention de la nature. Les aventures d’Alexender von Humboldt de Andrea Wulf                                                                                                           Voici une biographie absolument passionnante pour (re)découvrir la vie et l’oeuvre de A. V. Humboldt, naturaliste, géographe et explorateur qui tout au long de sa longue vie n’aura eu de cesse de faire la démonstration que tout est lié, l’inerte et le vivant, tant sur les plans géologiques que biologiques, et qui aura inspiré les plus grands visionnaires depuis deux siècles comme Charles Darwin, John Perkins Marsh, Henri-David Thoreau ou John Muir, ou bien le révolutionnaire Simón Bolivar. Humboldt est tout bonnement le père de l’écologie, si ce n’est de l’écosophie et sa vie est grandiose. Andrea Wulf a réalisé un superbe travail, très complet, et dont on ne se lasse pas jusqu’à la fin.

X


Y


Z

Zoopoétique Numéro 328 de la Revue des Sciences Humaines                                                                                                                                                                                                                                         Ces textes réunis par André Benhaïm et Anne Simon avec la collaboration de Sabrina Valy sont une mine d’or pour qui s’intéresse à la littérature (roman, poésie, théâtre) et aux animalités. Connaître des œuvres où les figures animales sont capitales, et connaître leurs analyses, c’est donc à la fois renaître avec elles et trouver d’autres raisons, multiples, de défendre les animaux non-humains pour ce qu’ils sont qui nous accompagne depuis toujours dans la vie. « La zoopoétique, au premier sens, renvoie à une attention soutenue aux multiples façons, qu’elles soient louangeuses, suppliantes, invocatrices, prophétiques ou fantasques, qu’ont les écrivains d’évoquer la plasticité des vivants » (Anne Simon, p.11).
Publicités